Ligue 1 : Le PSG a son destin en main

Les Parisiens possèdent trois points d'avance sur Lyon en tête du championnat à trois journées de la fin de la saison. Les Parisiens possèdent trois points d'avance sur Lyon en tête du championnat à trois journées de la fin de la saison.[Franck Fife / AFP]

Paris a remis Lyon à sa place. Grâce à sa victoire dimanche soir à Nantes (0-2), le club de la capitale a récupéré son fauteuil de leader et relégué de nouveau les Lyonnais à trois points en tête du classement. Un écart que les Gones auront bien du mal à combler tant les hommes de Laurent Blanc affichent une redoutable supériorité ces dernières semaines et que leur calendrier apparait plus favorable.

 

Jean-Michel Aulas a fait un rêve. Celui de voir son Olympique Lyonnais sacré champion de France pour la 8e fois de son histoire devant le PSG au soir de la 38e journée de Ligue 1 le 23 mai prochain. Mais à trois journées du terme de la saison, ce doux rêve du président de l’OL est passe de partir en fumée. Certes, les trois points, qui séparent ses protégés des Parisiens, ne sont pas rédhibitoires.

Mais ils paraissent insurmontables tant les hommes de Laurent Blanc affichent une détermination, une implication et une maitrise sans faille, comme dimanche soir à Nantes (0-2), dans leur volonté de décrocher un troisième titre consécutif. Et leur élimination en quarts de finale de la Ligue des champions n’y a rien changé. Au contraire, ils dégagent cette impression d’être insubmersibles, eux qui restent sur six succès de rang en championnat.

 

Paris, une équipe "assez difficile à manoeuvrer"

«Je ne sais pas si on va être champion de France, mais il est évident que, depuis 5-6 matchs, Paris est redevenu une équipe assez difficile à manœuvrer, redoutable offensivement», s’est félicité l’entraîneur parisien dans les travées de La Beaujoire. «Ça va être dur de venir nous chercher», a prévenu, de son côté, Blaise Matuidi. Surtout qu’en plus d’avoir son destin entre les mains, le club de la capitale possède un atout supplémentaire sur son concurrent direct avec un calendrier plus favorable.

Lyon doit encore se déplacer deux fois (Caen, Rennes) et recevoir entre-temps un candidat à l’Europe (Bordeaux), quand Paris accueillera Guingamp, ira à Montpellier et finira avec la venue de Reims. De quoi déjà mettre le champagne au frais ?

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles