Running : les cinq blessures récurrentes

Pour courir, il faut savoir prévenir les maux et les soigner efficacement.[Polar]

C’est la hantise de tout coureur à pied. La blessure, lorsqu’elle survient, nécessite très souvent une diminution des efforts, voire un arrêt total de l’activité. Souvent due à un surentraînement, une reprise trop intense après une longue interruption ou un mauvais matériel, la blessure n’est jamais anodine. On recense cinq grandes blessures classiques chez le coureur.

 

La tendinite

c_dimitri_iundt_kalenji_2.jpg

[Crédits : D. Iundt / Kalenji]

La tendinite est une inflammation d’un tendon due généralement à un surentraînement ou un changement brutal de chaussure. Les douleurs sont la plupart du temps ressenties durant l’effort et se calment au repos. Cette inflammation s’installe avec le temps, pour devenir dans certains cas chronique et durable. L’application d’une poche de glace sur le tendon et du repos sont préconisés pour réduire la douleur. Des exercices musculaires spécifiques sont conseillés pour renforcer les muscles et les tendons afin de prévenir tout risque de récidive.

 

Le syndrome de l'essuie-glace

c_asics.jpg

[Crédits : Asics]

Cette inflammation des tendons et ligaments, qui relient le talon aux orteils, se manifeste par une douleur au niveau de la plante du pied ou sous le talon. C’est la blessure du pied la plus fréquente chez le coureur. Si la douleur a tendance à disparaître durant la course, il est conseillé de réduire la fréquence de ses entraînements. Des massages du pied à l’aide d’une balle de tennis, des étirements légers et le port de semelles adaptées peuvent être une bonne parade à l’apparition d’une aponévrosite plantaire.  
 
 
L'élongation
c_polar_2.jpg
[Crédits : Polar]
 
L’élongation se caractérise par une douleur plus ou moins violente pendant l’effort. Il s’agit d’un allongement parfois traumatique d’un muscle ou d’un ligament. Elle entraîne une limitation de l’activité sportive et peut être le premier stade avant le claquage ou la déchirure. Pour l’éviter, il est conseillé de pratiquer des échauffements légers ou de commencer par une marche accélérée avant la séance d’entraînement. Des étirements lents peuvent aussi faire partie de la préparation d’avant-course.
 
 
La contracture
c_polar_1.jpg
[Crédits : Polar]
 
Cette blessure est due à une contraction involontaire d’un ou plusieurs muscles d’une durée inhabituelle. La douleur ressentie et ses caractéristiques s’apparentent à une crampe. Seule différence, la contracture ne disparaît pas spontanément. Même si elle n’est pas associée à une lésion de la fibre musculaire et se distingue de l’élongation ou de la déchirure, il est important de la soigner. Des massages et des étirements sont recommandables dans ce cas.  
 
 
L'aponévrosite plantaire
c_dimitri_iundt_kalenji.jpg
[Crédits : D. Iundt / Kalenji]
 
Cette inflammation de la face externe du genou (qui tient son nom du mouvement de va-et- vient du tendon sur l’os de la cuisse) est souvent liée à une surcharge brutale de l’activité ou à de mauvais appuis lors de l’effort. Cette blessure tenace a tendance à s’aggraver si elle n’est pas traitée correctement. Du repos est avant tout nécessaire, suivi d’un glaçage local à l’endroit douloureux. Des séances de kiné peuvent être prescrites à base de massages, d’ultrasons et de courant antalgique pour réduire la douleur et soigner la blessure.
 

Tous les articles du cahier spécial Running

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles