Le running, quatre raisons de se lancer

[KALENJI]

Si la course fait autant d’adep­tes en France, c’est avant tout parce qu’elle apporte beaucoup à ceux qui la pratiquent. Quel que soit son niveau, les bienfaits d’une activité régulière se font très vite sentir.

 

Il y a d’abord le corps : l’exercice est l’un des moyens les plus sûrs de garder la forme. Mais l’activité sportive fait aussi du bien à l’esprit. C’est un défouloir qui permet de faire le vide et de mettre ses petits soucis de côté. Enfin, courir génère aussi du lien social : c’est un moyen de faire des rencontres avec des personnes qui partagent le même hobby.

 

1/ Garder la forme.

L’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) est formel : le risque de décès prématuré est moindre chez les personnes physiquement actives que chez les autres. La pratique d’une activité modérée comme la course à pied (au moins 3 heures par semaine) ou d’une activité intense (au moins 20 minutes trois fois par semaine) diminue ainsi de 30 % le risque de mortalité prématurée. Le running est également une arme contre la prise de poids. Une heure de course à pied permettrait de perdre entre 700 et 1 000 calories selon les individus.

 

2/ Se surpasser.

Se fixer des objectifs – réalistes – en course à pied est aussi un des meilleurs moyens de progresser. En club ou à l’aide d’un plan personnalisé – disponibles sur les sites spécialisés –, s’entraîner en vue d’un objectif est grisant. Lors d’une épreuve, c’est aussi en repensant aux efforts accomplis durant ses séances d’entraînement que l’on se découvre parfois des forces insoupçonnées. Aller au bout de soi-même pour atteindre son but, telle est la quête du coureur.

 

3/ Partager.

Si la course à pied est un sport individuel, elle permet paradoxalement à un grand nombre de coureurs de se retrouver. Que ce soit en club, entre amis ou par l’intermédiaire d’un réseau social, la communauté des coureurs s’agrandit. D’autres en profitent pour soutenir des causes ou une association. Via des plates-formes solidaires, ces coureurs récoltent, lors d’épreuves, des dons (1 euro pour 1 km parcouru par exemple) qu’ils reversent à des œuvres de bienfaisance. C’est le cas de la Course de l’espoir du Mont-Valérien (Hauts-de-Seine).

 

4/ Evacuer le stress.

S’aérer l’esprit reste une des meilleures façons de lâcher prise et de ranger ses angoisses. La course agit en ce sens comme un exutoire. Se concentrer uniquement sur sa foulée permet d’oublier ses tracas quotidiens, mais pas que. En effet, l’activité sportive, et plus particulièrement la course à pied, est aujourd’hui reconnue pour son effet déstressant notamment grâce à l’endorphine, une hormone secrétée durant l’effort aux vertus euphorisantes. 

 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles