La hausse des péages d'autoroutes suspendue

Un péage autoroutier près de Nice.[Valery Hache / AFP/Archives]

Le gouvernement "a décidé de surseoir" à la hausse des péages autoroutiers de 0,57% prévue le 1er février, dans l'attente des conclusions d'un groupe de travail sur l'avenir des concessions autoroutières, a annoncé mardi le Premier ministre, Manuel Valls.

 

En théorie, ils auraient dû augmenter de 0,57 %. Mais les tarifs des péages autoroutiers resteront finalement à leur niveau actuel au 1er février prochain, a annoncé Manuel Valls mardi. Le gouvernement a en effet décidé de "surseoir à l’application de la hausse" des prix prévue en attendant les conclusions d’un groupe de travail sur l’avenir des contrats entre l’Etat et les sociétés de concession autoroutières.

Les termes de ces derniers sont en effet très contestés depuis la parution, en septembre dernier, d’un rapport de l’Autorité de la concurrence qui pointait du doigt les bénéfices historiques des sept sociétés concessionnaires. Le groupe de travail, formé par Manuel Valls à la fin de l’année dernière, a donc été chargé de "remettre à plat" les concessions. Il peut conseiller à l’Etat de renégocier les contrats ou de les résilier.

Mais le gel préventif des tarifs n’a pas été du goût des sociétés de concession autoroutières, qui ont regretté une décision "unilatérale" et annoncé mardi le lancement d’une procédure contre l’Etat.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles