Rennes : un essai thérapeutique vire au drame

Une personne est en état de mort cérébrale.[DAMIEN MEYER / AFP]

Une personne se trouve en état de mort cérébrale et cinq autres sont hospitalisées, dont quatre dans un état grave, à Rennes, à la suite d'un accident survenu lors d'un essai thérapeutique mené dans un laboratoire.

L'accident est d'une gravité sans précédent, selon la ministre de la Santé Marisol Touraine et l'agence du médicament (ANSM). Quatre-vingt-dix personnes se sont vues administrer, à doses variables, la molécule testée, un produit à visée antalgique. Cet accident est survenu dans le cadre d'un essai clinique de phase 1, c'est-à-dire sur des volontaires sains, dans le but d'évaluer la sécurité d'emploi, la tolérance, les profils pharmacologiques de cette molécule. La molécule testée ne contient pas de cannabis, ni d'extrait de cannabis, contrairement à ce qui avait été initialement indiqué.

Les six hommes concernés, âgés de 28 à 49 ans, sont hospitalisés depuis dimanche dernier dans les services de neurologie du CHU de Rennes. Un handicap "irréversible" est possible pour trois de cinq personnes hospitalisées, a déclaré le médecin-chef du pôle de neurosciences du CHU de Rennes, Pierre-Gilles Edan.

Plusieurs enquêtes ouvertes

Ces personnes auraient commencé à prendre le médicament le jeudi 7 janvier. Des premiers symptômes seraient apparus le dimanche 10 janvier sur une personne. Les cinq autres ont été hospitalisées progressivement depuis. Le laboratoire Biotrial (société privée et centre de recherche médicale agréé par le Ministère de la Santé, ndlr) a indiqué avoir interrompu son essai le lundi 11 janvier.

Une enquête de flagrance a été ouverte pour "blessures involontaires supérieures à trois mois" au pôle santé du parquet de Paris. Elle a été confiée à la direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Rennes et à un service de gendarmerie spécialisé dans la santé (Oclaesp). Le ministère a saisi lui l'inspection générale des affaires sociales (IGAS) et l'ANSM a décidé de procéder à une inspection technique sur le site de réalisation de ces essais cliniques.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles