Rue «Steve Jobs» à Paris, ce serait pour bientôt

Steve Jobs, le fondateur de la marque à la pomme «Apple», est décédé en 2011. [YASUYOSHI CHIBA / AFP]

Une rue de Paris pourrait bien porter le nom de Steve Jobs, le fondateur de la marque Apple, dès le mois prochain. Elle se situera dans le XIIIe arrondissement de la capitale, près de la Halle Freyssinet, l’incubateur de start-up financé en grande partie par Xavier Niel.

Cette rue fait partie d’un ensemble de quatre nouvelles voies avec les rues Eugène Freyssinet, Alan Turing et Grace Murray Hoper, qui entoureront la Halle Freyssinet.

A lire aussi : Halle Freyssinet : bientôt un incubateur numérique 

Ce complexe, baptisé «Station F», pourra accueillir jusqu'à 1.000 jeunes pousses de l’industrie du numérique, dès le mois de janvier 2017.

Une décision polémique

Le nom de Steve Jobs a été proposé par le maire socialiste du XIIIe arrondissement de Paris, Jérôme Coumet. Il doit encore être avalisé par le Conseil de Paris à la mi-décembre.

Cette proposition a fait pourtant grincer des temps, notamment parmi les élus communistes et écologistes. Ces derniers auraient préféré que la Ville retienne le nom d’Ada Lovelace, une pionnière de l’informatique. Cette mathématicienne anglaise est célèbre pour avoir créé le tout premier programme informatique de l'Histoire.

A lire aussi : Les petits Français sont nuls en maths 

«Le choix de Steve Jobs tombe au plus mal au vu de la réalité de l’héritage qu’il laisse. Son héritage, ce sont tout d’abord les conditions de travail dans les usines sous-traitantes. Les sous-traitants chinois d’Apple sont connus pour abuser de salaires insuffisants et d’heures supplémentaires forcées», déplorent les élus du groupe Communiste et du Front de gauche du XIIIe arrondissement.

Ils pointent également doigt les pratiques fiscales du groupe américain. «Steve Jobs est aussi dans les pratiques d’optimisation fiscale illégale massives, comme l’a révélé il y a à peine trois mois la très libérale Commission européenne, dénoncent les opposants au projet. Ce sont près de 13 milliards d’euros (l’amende de la commission européenne, ndlr) qu’Apple doit ainsi payer aujourd’hui pour compenser le taux d’imposition scandaleux de 0,005 % en Irlande.»

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles