Une femme greffée des deux bras, une première en France

Le CHU de Grenoble. [Google Street View]

Pour la première fois en France, une greffe simultanée de deux bras a été réalisée au centre hospitalier de Grenoble. L'intervention a eu lieu le 14 août dernier, sur une femme de 34 ans. 

Ses deux bras avaient été sectionnés moins de deux heures auparavant après une chute accidentelle en gare de Chambéry. Par chance, ils étaient restés «en conditionnement parfait». L'intervention a duré quatre heures. Ce lundi, la patiente revient pour la première fois sur son histoire, dans une interview accordée au Parisien.

Alors qu'elle était sur le point de rater son train, elle explique avoir cherché à s'accrocher à la barrière de la porte en le voyant partir, espérant pouvoir tenir jusqu'à la prochaine gare. Elle est finalement tombée sur les voies. «Et une fois le train passé, j'ai vu que mes bras étaient de l'autre côté du rail. J'ai alors appelé à l'aide. En voyant mes bras sectionnés, je me suis dit que j'avais fait une grosse bêtise», raconte-elle.

Restée consciente tout au long de la prise en charge, la jeune femme se souvient du premier témoin, des cheminots, des pompiers et du Samu, «qui sont arrivés très vite pour [lui] porter secours».

«Rejouer du piano, ce serait magnifique»

Une fois à l'hôpital, les médecins sont parvenus à lui réimplanter ses bras. Deux équipes se sont relayées, avait déclaré le CHU dans un communiqué, précisant que plus l'intervention est rapide, plus les chances de récupérations sont élevées. Un «délai trop important entre le traumatisme et la réimplantation» pouvant entraîner des «lésions irréversibles».

Interrogée par nos confrères, la jeune femme évoque «un travail phénoménal». «Il leur a fallu du temps pour recoudre toutes les veines, les artères, les nerfs. Je remercie donc beaucoup ces chirurgiens. C'est grâce à eux que j'ai mes bras.» 

Aujourd'hui, elle récupère progressivement, savourant ses moindres progrès, comme «sentir l'eau sur le bout des doigts», en séance de balnéothérapie. Pour autant, la rémission sera longue. «Les médecins m'ont dit qu'il fallait au moins deux ans pour récupérer au mieux l'usage de mes bras.»

Lorsqu'elle songe à l'avenir, elle rêve de : «pouvoir m'occuper à nouveau de mon potager, reprendre le tricot. Si je pouvais refaire tout ça, de jouer du piano comme avant, ce serait magnifique».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles