Faut-il craindre une pénurie d'essence ?

La pénurie pourrait être provoquée par «l'effet panique». [AFP]

La grève des routiers lancée ce lundi 25 septembre pourrait perturbe fortement l'approvisionnement des stations-service. Et cela pourrait durer.  

Plus de deux-cent stations étaient déja partiellement ou entièrement à sec dans l'après-midi, et la situation pourrait s'aggraver, le mouvement semblant amené à durer au moins jusqu'à jeudi. C'est ce jour là que le gouvernement réunira syndicats de transporteurs et patronat pour tenter de mettre fin au conflit. 

Pour l'instant, des représentants du syndicat FO ont déja fait savoir que les blocages seraient reconduits ce mardi matin devant la raffinerie Total de La Mède près de Marseille. 

Un «effet panique»

Au-delà de la mobilisation, ce qui pourrait provoquer des pénuries est «l'effet panique» chez les automobilistes. Craignant justement de ne pouvoir faire le plein, ces derniers pourraient être tentés de stocker le maximum de carburant, provoquant ainsi l'assèchements des stocks dans les stations-services. 

«Du pétrole il y a en aura toujours mais la peur de manquer d'essence et de gazole fait que les Français vont créer eux-même la pénurie», a ainsi déclaré Patrice Clos, leader des routiers FO. 

Lors du précédent mouvement de ce type, en mai 2016, le risque de pénurie avait été écarté d'emblée par le gouvernement, qui avait rappelé disposer de réserves stratégiques équivalentes à 61 jours de consommation.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles