Un parisien veut donner «Marseille» comme 3e prénom à son fils, la mairie refuse

Deux jours après l’heureux événement, le jeune père reçoit un appel en numéro masqué.[AFP]

Un parisien voulait donner «Marseille» comme troisième prénom à son fils, en hommage à la ville de son cœur, une demande que la mairie du 19ème arrondissement de Paris a rejeté.

Onken Philip Marseille Monnier, c'est le nom qu'avaient choisi les parents d'un petit garçon né à l'hôpital Robert Debré lundi. Un état-civil refusé deux jours plus tard, rapporte 20 Minutes. Quelques heures après la naissance de son fils, Xavier Monnier s'est rendu au service de l'état-civil de l'hôpital pour déclarer sa naissance.

Il donne donc les trois prénoms du nouveau-né : Onken, en hommage aux origines congolaises de sa mère, Philip, prénom de son grand-père paternel et enfin Marseille, la ville de cœur de ses parents, là où Xavier Monnier est né et où il s'est marié. Un troisième prénom qui n'en est pas un selon le service d'état-civil de la mairie du 19ème arrondissement de Paris.

Ils finissent pas abandonner

Deux jours après l’heureux événement, le jeune père reçoit un appel en numéro masqué. Une personne visiblement «énervée», selon les explications du père, lui explique que «Marseille n'était pas un prénom» et que s'il ne le retirait pas, la mairie saisirait le procureur de la République.

Une procédure courante lorsqu'il y a un doute sur un prénom, se défend la mairie. «Nous n'avons pas de pouvoir décisionnaire», a-t-elle expliqué à 20minutes. Néanmoins elle précise que Xavier Monnier pourrait avoir gain de cause s'il décidait de maintenir l'état-civil de son fils.

Malgré cette perspective, Xavier Monnier et sa femme ont décidé de ne pas poursuivre et de retirer ce troisième prénom sujet à polémique. «On ne voulait pas rentrer dans des procédures administratives contraignantes et bloquer l'état-civil de notre fils alors qu'il n'a que trois jours», a-t-il déclaré au quotidien gratuit.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles