Mercosur : les agriculteurs battent le pavé contre le projet d'accord

Des agriculteurs brûlent de la paille et des pneus lors d'une manifestation à Bordeaux, le 21 février 2018, contre un projet d'accord avec le Mercosur [MEHDI FEDOUACH / AFP] Des agriculteurs brûlent de la paille et des pneus lors d'une manifestation à Bordeaux, le 21 février 2018, contre un projet d'accord avec le Mercosur [MEHDI FEDOUACH / AFP]

«Macron, trahison» : des agriculteurs, qui craignent un afflux de viande bovine en provenance d'Amérique du sud, ont manifesté mercredi à travers la France, à la veille de la réception de 1.000 d'entre eux à l'Elysée et à trois jours du salon de l'Agriculture.

Alors que les négociations pour un accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Mercosur ont repris à Asuncion, les éleveurs français, toujours frappés par une terrible crise, craignent la concurrence générée par l'importation chaque année en Europe de 70.000 tonnes de viande bovine sud-américaine, sans droits de douanes.

«Le gouvernement français nous abandonne. On nous promet des choses, des revalorisations dans le cadre des Etats généraux de l'alimentation (terminés en décembre, ndlr) et de l'autre côté, on signe des accords pour importer de la viande de pays où les normes ne sont pas les mêmes», a déploré auprès de l'AFP Sébastien Poncet, président des Jeunes agriculteurs de l'Isère, au péage de Vienne.

Avec une cinquantaine d'agriculteurs, il distribuait des tracts aux automobilistes pour «alerter les consommateurs». «Sur le Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay et Uruguay, NDLR), nous l'avons toujours dit, pour ce qui concerne la filière bovine, le compte n'y est pas», a déclaré mardi soir le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, dans un message de soutien aux agriculteurs. La France souhaite faire en sorte que ce contingent de 70.000 tonnes soit bien séparé entre viande fraîche et viande congelée, d'une part», a déclaré le ministre, qui a également exprimé le souhait que des conditions soient posées sur les standards de qualité et sanitaires en vigueur en France.

Des agriculteurs manifestent sur l'autoroute A 47 près de Lyon, le 21 février 2018 [JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP]
Des agriculteurs manifestent sur l'autoroute A 47 près de Lyon, le 21 février 2018

Malgré ce message, des opérations escargot étaient également menées dans la Loire et en Saône-et-Loire, notamment à hauteur de Rive-de-Gier sur l'A47 entre Saint-Etienne et Lyon. Une quarantaine de tracteurs y participaient: «Macron sauve notre canton», réclamait une banderole sur un tracteur en tête de cortège, a constaté un photographe de l'AFP.

Les céréaliers également inquiets

En Saône-et-Loire, la préfecture a décompté environ 80 manifestants, 32 tracteurs et une trentaine de voitures. De nombreuses manifestations ont également touché l'Ouest et le Sud-Ouest. A Bordeaux, une cinquantaine de paysans ont manifesté près de la préfecture de la Gironde, avec quelques tracteurs et deux vaches, des Blondes d'Aquitaine.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles