Jonathann Daval, entendu par le juge d'instruction, maintient sa version

Jonathann Daval a reconnu avoir tué Alexia Daval, 29 ans, lors d'une dispute conjugale, dans la nuit du 27 au 28 octobre, à Gray-la-Ville. [SEBASTIEN BOZON / AFP]

Pour la première fois depuis depuis sa mise en examen fin janvier pour «meurtre sur conjoint», Jonathann Daval, qui a reconnu avoir étranglé son épouse Alexia en Haute-Saône, a été entendu par le juge d'instruction en charge de l'affaire.

Durant 1h30, le mari a affronté le magistrat instructeur et a maintenu, selon plusieurs sources relayées par l'AFP, les propos qu'il avait tenus le dernier jour de sa garde à vue, le 30 janvier.

Le suspect avait alors reconnu avoir tué Alexia Daval, 29 ans, lors d'une dispute conjugale, dans la nuit du 27 au 28 octobre, au domicile du couple à Gray-la-Ville. Il avait affirmé en garde à vue qu'il ne «voulait pas» la tuer, mais qu'ils en étaient venus aux mains et qu'il avait étranglé Alexia en tentant de la «maîtriser».

Un couple en difficulté

Selon ses avocats, qui n'ont pas manqué de provoquer une onde de choc dans les médias et la colère de Marlène Schiappa en déclarant qu'Alexia avait une «forte personnalité», le couple connaissait de «fortes tensions». Jonathann et Alexia Daval avaient des difficultés à avoir un enfant, et cela aurait provoqué de nombreuses disputes entre eux, dont cette dernière, à laquelle la jeune femme n'a pas survécu.

Les résultats de l'autopsie ont révélé que la jeune femme a été violemment frappée et étranglée à mains nues. «La mort a été donnée volontairement et non pas accidentellement», avait souligné la procureure de la République de Besançon, Edwige Roux-Morizot.

Jonathann Daval conteste toujours avoir brûlé le corps de sa femme, dont le cadavre avait été retrouvé fin octobre en partie calciné, dissimulé sous des branchages dans un bois à proximité du domicile du couple.

La défense opte pour le silence

Prévue le 1er mars, une précédente audition avait été reportée en raison des intempéries entre Dijon, où Jonathann est incarcéré, et Besançon. A cette occasion, tandis que son avocat, Me Randall Schwerdorffer, enchaînait les déclarations polémiques, la défense avait «décidé de cesser toute communication», «dans le seul intérêt de Jonathann Daval».

Durant les trois mois d'enquête qui ont fini par mener à ses aveux, Jonathann Daval avait assuré, sans sourciller, que son épouse était partie faire un footing et qu'elle n'était jamais rentrée. Devant ses beaux-parents comme devant les caméras, il apparaissait comme le veuf éploré, au-dessus de tout soupçon.

Le gendre idéal a fini par avouer son crime à la fin de sa garde à vue, acculé par les éléments scientifiques rassemblés par les gendarmes, comme le traçeur de son véhicule professionnel, un drap recouvrant Alexia provenant du domicile du couple ou encore le témoignage accablant d'un voisin, qui avait entendu son véhicule sortir du garage vers une heure du matin.

À suivre aussi

Les parents d'Alexia Daval arrivent à la reconstitution judiciaire du meurtre de leur fille, à Gray-la-Ville, le 17 juin 2019 [SEBASTIEN BOZON / AFP]
Enquête Jonathann Daval a admis qu'il avait «procédé à la crémation partielle du corps» d'Alexia
Jonathann Daval, le 5 novembre 2017 à Gray, en Haute-Saône [SEBASTIEN BOZON / AFP/Archives]
Enquête Meurtre d'Alexia Daval : la reconstitution a débuté
Justice Affaire Alexia Daval : l’avocat de Jonathann Daval jugé en correctionnelle le 25 mars

Ailleurs sur le web

Derniers articles