L’ex-petite amie de Nordahl Lelandais avait porté plainte contre lui

Nordahl Lelandais aurait harcelé, menacé et traqué son ex-compagne, allant jusqu’à surgir en pleine forêt avec un taille-haie à la main alors qu'elle promenait son chien. [AFP]

Un mois avant l’enlèvement et le meurtre de la petite Maëlys, Nordahl Lelandais avait fait l’objet d’une plainte, déposée par son ex-petite amie, pour «mise en danger de la vie d’autrui avec risque immédiat de mort».

Âgée de 38 ans, l’ex compagne de Nordahl Lelandais estime avoir été victime de cet homme qui a avoué avoir tué Maëlys puis le caporal Arthur Noyer. Toujours traumatisée, elle revient aujourd’hui sur la violence dont aurait fait preuve l’ancien militaire après leur rupture.

Nordahl Lelandais l’avait connue en mai 2015, par le biais d’un site de rencontres. Tous deux étaient passionnés par les chiens et Lelandais s’était présenté comme «un guerrier» qui a fait la légion (ce qui est faux). Le coup de foudre et les belles promesses se sont transformés en cauchemar lorsque Nordahl Lelandais a multiplié les tromperies. En décembre 2016, sa compagne a décidé de rompre. Une décision que l’ex-militaire n'aurait pas accepté.

«Ça va être grave pour toi !»

«Il l’a giflée violemment. Il ne voulait pas de cette séparation», explique au Parisien l'avocat de cette femme, Me Ronald Gallo. Nordahl Lelandais l’aurait harcelée, menacée et traquée, allant jusqu’à surgir en pleine forêt avec un taille-haie à la main, alors qu’elle promenait son chien, ou la bloquer sur la route avec sa voiture. Hystérique, il lui aurait lancé : «Ça va être grave pour toi !»

A la gendarmerie, alors qu’elle souhaite dénoncer ce qu’elle subit, l’ex de Lelandais est dans l’impasse. «On lui a rétorqué qu’elle n’avait pas de preuve, qu’il fallait même qu’elle arrête de provoquer Lelandais», relate son avocat.

Le 18 juillet 2017, un mois avant l’enlèvement de Maëlys, la violence de l’ex-militaire va encore plus loin. «Au volant de son véhicule, Lelandais a foncé sur ma cliente qui se trouvait dans sa voiture, raconte Me Gallo. Elle dit avoir échappé de peu à la collision et à un accident.» Effrayée, elle décide d’aller porter plainte. Mais Nordahl Lelandais tente de l’en dissuader et la suit. «Et lorsqu’elle arrive devant la gendarmerie de Pont-de-Beauvoisin, Lelandais est déjà là», précise Me Gallo.

Mais la plaignante ne se laisse pas intimider. «Les gendarmes ont pris sa plainte et le parquet de Chambéry a qualifié les faits de mise en danger de la vie d’autrui avec risque immédiat de mort. Ce qui n’est quand même pas rien !», lance Me Ronald Gallo. Cette plainte n'aura pas de suites, et c'est un mois plus tard, le 27 août 2017, que Nordahl Lelandais enlèvera Maëlys et la tuera, selon lui, «involontairement».

«Ma cliente éprouve une forme de responsabilité, de culpabilité, par rapport à la mort de Maëlys. Elle se dit que si sa plainte avait été prise au sérieux, Lelandais aurait été entendu, inquiété, suspecté, surveillé par les gendarmes et la justice. Et peut-être que le drame subi par Maëlys ne serait jamais survenu», confie encore Maitre Gallo. Le parquet de Chambéry n’a pas souhaité faire de commentaire sur cet aspect dossier.

J’ai été sauvée par la mort de Maëlys

«Ma cliente a été saisie d’effroi lorsqu’elle a découvert ce qui était reproché à Nordahl Lelandais dans l’affaire Maëlys puis dans le dossier du caporal Arthur Noyer. Elle a le sentiment d’avoir échappé au pire. Elle a d’ailleurs cette phrase terrible : «J’ai été sauvée par la mort de Maëlys.»

Le 12 septembre 2017, l’ex de Nordahl Lelandais a déposé une autre plainte contre Nordahl Lelandais pour «atteinte à l’intimité de la vie privée». Elle s’est en effet aperçue que ce dernier a diffusé sur un site pornographique des vidéos intimes de leurs relations sexuelles où son visage apparait.

 «Elle voudrait être reconnue en tant que victime, et pas seulement en tant que témoin dans les affaires criminelles concernant Monsieur Lelandais», martèle Maitre Gallo qui a demandé aux autorités judiciaires de réactiver les plaintes de sa cliente.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles