Suivez au jour le jour l’ouverture des nouvelles stations Vélib’ à Paris

En contrepartie, des mesures compensatoires vont être mises en place pour ses usagers.[Lionel BONAVENTURE / AFP]

Les débuts du nouveau Vélib' sont difficiles. Officiellement lancée le 1er janvier - date de la transition entre JC Decaux et Smoovengo -, l'installation du tout nouveau vélo parisien se fait encore attendre par ses utilisateurs.

Et pour y voir plus clair, un site recense l'ouverture des stations : www.ousontlesvelib.ovh. D'après les dernières informations délivrées par l'exploitant, le système de location accuse encore un retard important à Paris. La raison ? Un déploiement des nouvelles bornes plus long que prévu.

L'opérateur Smoovengo avait ainsi annoncé le 26 décembre dernier, que seulement «une centaine de stations serait opérationnelle début 2018» , contre 1.400 au total. Et mi-avril, le site recense quant à lui 650 stations ouvertes. Soit 46 % de la flotte totale et définitive

capture_decran_2018-04-18_a_12.41.14.png

Des mesures compensatoires pour les abonnés

En contrepartie, des mesures compensatoires vont être mises en place pour ses usagers. Les abonnés actuels pourront bénéficier d'un crédit de trois heures offertes pour tester sans surcoût les nouveaux vélib' électriques ou prolonger leur usage des vélos mécaniques. Tandis que les nouveaux souscripteurs au service bénéficieront de 50% de réduction sur leur abonnement mensuel en janvier, février et mars. Soit un geste de 12,45 euros pour le «V-max» (Vélib' électrique et mécanique) et de 4,65 euros pour le «V-Plus»  (Vélib' mécanique).

Le nouveau gestionnaire encourt également des sanctions financières qui s'élèvent déjà à plusieurs millions d'euros, prévues par le Syndicat Autolib' Vélib' Métropole. Pour autant, ce dernier n'a pas communiqué ni sur les conditions de paiement de ces sanctions, ni sur les échéances.

De vives critiques

Néanmoins, ce retard cristallise la colère des Parisiens sur les réseaux sociaux. Et même la maire de Paris Anne Hidalgo n'hésite pas à critiquer la transition entre l'ancien et le nouvel exploitant.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles