Pour Emmanuel Macron, les aides sociales coûtent un «pognon de dingue»

La petite phrase a de quoi faire réagir. Dans une vidéo filmée et volontairement mise en ligne par sa conseillère en communication Sibeth Ndiyae, Emmanuel Macron évoque sa politique sociale affirmant que les aides coûtent un «pognon de dingue» sans pour autant endiguer la pauvreté.

«On met un pognon de dingue dans des minimas sociaux, les gens sont quand même pauvres. On en sort pas. Les gens qui naissent pauvres, ils restent pauvres. Ceux qui tombent pauvres, ils restent pauvres. On doit avoir un truc qui permet aux gens de s’en sortir», souligne le président lors d’une réunion avec son équipe.

Emmanuel Macron détaille ensuite l’objectif de sa politique sociale : «Il faut prévenir la pauvreté et responsabiliser les gens pour qu’ils sortent de la pauvreté. Et sur la santé c’est pareil. Tout le système de soins que je veux repenser c’est aller vers plus de prévention pour responsabiliser, y compris les acteurs de soins».

Un exposé qui fait mouche alors que le chef de l’Etat est particulièrement attendu sur les questions sociales.

La publication de cette vidéo par sa conseillère en communication survient ainsi quelques heures avant le discours que doit prononcer Emmanuel Macron devant le 42e congrès de la Mutualité française. Il devrait notamment y annoncer la concrétisation du «reste à charge zéro», une promesse de campagne qui doit permettre à 95% des Français couverts par une complémentaire santé d'accéder à des prothèses dentaires ou auditives et à des lunettes intégralement remboursées. 

À suivre aussi

L'un des policiers est un opérateur de vidéosurveillance d'un commissariat parisien, tandis que le second est un collègue ayant reconnu avoir filmé les images avec son smartphone.
Justice Paris : deux policiers bientôt jugés pour avoir diffusé une vidéo d'un homme empalé sur un poteau
MotoGP Vidéo : l'incroyable salto de Johann Zarco fauché par une moto au Grand Prix MotoGP de Valence
MMA Vidéo : le spectaculaire KO de l'année infligé par le Français Davy Gallon à Ross Pearson

Ailleurs sur le web

Derniers articles