Deux interpellations et de nombreux témoignages d'agression sexuelle pendant les festivités post-finale

Des dizaines de femmes ont raconté, sur les réseaux sociaux, avoir été victimes d'agressions sexuelles lors des festivités qui ont suivi la victoire de la France en finale de la Coupe du monde. Dans la journée de mardi, on apprenait que deux personnes avaient été interpellées.

Selon les informations de LCI, les deux interpellations auraient eu lieu à Paris pour des agressions sexuelles.

La première concernerait ainsi un mineur déféré lundi 16 juillet. Le deuxième cas serait quant à lui survenu lundi après-midi, lors de la parade des Bleus aux Champs-Élysées, pour des faits d’exhibition et d’agression sexuelle. L’homme a été placé en garde à vue ce mardi après avoir été admis à l'Institut psychiatrique de la préfecture de police de façon temporaire.

Dans les fan zones, dans les bars ou dans la rue, de nombreux hommes semblent avoir profité de la foule pour toucher des femmes sans leur consentement ou les embrasser de force, comme le rapporte des victimes sur Twitter. 

Une utilisatrice, Kateya, a regroupé plusieurs témoignages. «Un mec alcoolisé vient de me foutre une main au cul tout en essayant de m'embrasser de force, je le repousse, il me prend par le cou en disant: "c'est la victoire qu'est-ce que tu attends?"», peut-on notamment lire. 

La fan zone du Champs de Mars, à Paris, où s'étaient regroupées près de 100 000 personnes, aurait été le théâtre d'agressions particulièrement nombreuses, avant même la fin du match. «Au prochain but elle est pour moi», rapporte ainsi avoir entendu une jeune femme, après avoir repoussé les avances de son voisin. 

«J'ai engueulé trois mecs qui me mettaient une main au cul et un gars bourré qui faisait chier une meuf à côté de moi», raconte une utilisatrice de Twitter. «Les hommes qui n'ont pas cessé de me toucher, de me harceler de me suivre dans la rue (...) Lachez ma veste, lachez nos vestes. Arrêtez de gâcher nos moments de joie et de plaisir», s'agace une autre. 

Plusieurs de ces femmes déplorent, en outre, l'absence de réaction des personnes présentes au moment des faits. Des hommes ont également rapporté les scènes dont ils avaient été témoins.

Contacté par CNews, la Préfecture de police n'a pas réagi pour l'instant. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles