#JeSuisCute : un hashtag féministe taxé d'exhibitionniste

Les photos des internautes plaidant pour la liberté de montrer son corps ont déclenché une vague de réactions haineuses [@MannyKoshka / Capture décran Twitter]

Lancé sur Twitter pour promouvoir l'amour de soi et le droit des femmes à disposer de leur corps comme elles le souhaitent, le hashtag #JeSuisCute a suscité un flot d'insultes et de commentaires haineux sur la toile.

Le mot dièse - en français «je suis mignonne» - a été lancée le 28 juillet dernier par Manny Koshka, une modèle d'origine lilloise. Sur Twitter, elle a publié quatre photos où elle apparait partiellement dénudée, en sous-vêtements, accompagnée d'un commentaire où elle explique sa démarche.

La jeune femme s'insurge contre la «police des mœurs» qui sévit sur les réseaux sociaux dès qu'un bout de peau ou une partie du corps féminin est dévoilé et défend la liberté de montrer son corps, en appelant d'autres à suivre son exemple. De nombreuses internautes ont alors posté à leur tour leurs photos, parfois en lingerie, parfois dénudées ou dans des tenues plus classiques. 

La réaction de la Twittosphère ne s'est pas faite attendre et les participantes ont vu leurs comptes inondés d'un flot de commentaires insultants ou infantilisants tandis que le hashtag a été repris pour dénoncer la vacuité de la démarche. Un exemple typique de «slut-shaming», une pratique qui stigmatise les femmes jugées immorales ou trop à l'aise avec leur corps ou leur sexualité.

L'hashtag devenu viral, d'autres internautes, femmes comme hommes, se sont néanmoins mobilisés pour défendre le mouvement. Dans un contexte où la parole des femmes se libère, la vulgarisation du corps des femmes pose toujours problème aux grandes plateformes Internet. #BalanceTonPorc, #MeToo, #MonCorpsSurYoutube : les phénomènes viraux similaires risquent de se répéter. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles