Disparition d'Estelle Mouzin : les fouilles chez l'ex-femme de Michel Fourniret n'ont rien donné

Michel Fourniret a déjà été condamné pour sept meurtres.[POLICE / AFP]

Les juges chargées de l'enquête sur la disparition d'Estelle Mouzin, 9 ans en 2003 en Seine-et-Marne, ont ordonné des fouilles, dans les Yvelines, chez l'ex-femme du tueur en série Michel Fourniret, a indiqué vendredi à l'AFP une source proche de l'enquête.

«Des fouilles ont commencé cette semaine» à Clairefontaine, «la terre a été creusée» chez ce proche de Michel Fourniret, 75 ans, déjà condamné pour sept meurtres, a déclaré cette source. Elles n'ont rien donné, a confié à l'AFP une deuxième source proche de l'enquête.

Le tueur en série, condamné à la perpétuité en 2008, a en outre reconnu en février avoir tué deux autres jeunes femmes disparues dans les années 1990 dans l'Yonne, Joanna Parrish et Marie-Angèle Domece.

Depuis la disparition d'Estelle Mouzin alors qu'elle rentrait de l'école en janvier 2003 à Guermantes (Seine-et-Marne), la piste de «l'ogre des Ardennes» a été plusieurs fois été explorée, sans succès.

Une piste relancée en mars

En 2007, la police avait une première fois mis Michel Fourniret hors de cause dans cette affaire. Six ans plus tard, l'expertise de milliers de poils et cheveux prélevés dans sa voiture n'avait pas non plus permis de trouver de traces d'Estelle. Son avocat avait alors rappelé que son client niait tout lien avec l'affaire.

En mars dernier, l'avocate du père d'Estelle Mouzin avait toutefois affirmé que le tueur en série avait livré des «aveux en creux» sur son implication dans cette disparition, dans le cadre d'auditions relatives à la disparition de Joanna Parrish et Marie-Angèle Domece. En effet, selon une source proche du dossier, Michel Fourniret n'a pas nié devat le juge d'instruction le 2 mars son implication. Des déclarations qui ne constituent toutefois pas des aveux.

Les avocats d'Eric Mouzin, qui estiment que la piste Fourniret n'a «pas été sérieusement explorée» par la police dans cette affaire, ont été déboutés en mai de leur demande de décharger la police judiciaire de Versailles de l'enquête.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles