Quatre mesures que va prendre la RATP pour améliorer la propreté sur son réseau

Entre quinze et vingt stations devraient désormais être rénovées chaque année. [© I.Harsin/SIPA]

Ça va briller dans les métros et les RER. Valérie Pécresse, présidente d’IDF-Mobilités, et Catherine Guillouard, PDG de la RATP, ont présenté ce mardi un plan en faveur de la propreté du réseau.

Dotée d’un budget de 2 millions d’euros en 2018 et de 5 millions en 2019, en plus des 85 millions alloués chaque année, cette initiative a pour objectif d’améliorer le confort et le bien-être des usagers.

Une intensification des actions de nettoyage

Avec 1.200 agents dédiés à la propreté sur le réseau, la RATP souhaite accélérer les «coups de propre» dans les stations. Alors que ces nettoyages approfondis, durant lesquels les lieux sont entièrement repeints et rénovés, concernaient dix gares et stations par an, entre 15 et 20 d’entre elles seront désormais traitées chaque année.

De plus, une nouvelle technique est employée, la cryogénie, avec une machine propulsant de la glace carbonique à – 78 °C pour décoller les chewing-gums et les auto-collants. 

Une lutte contre les odeurs dans les couloirs

En test dans trois stations (Jaurès, Gambetta et République), des diffuseurs propagent actuellement un parfum inodore, qui neutralise les émanations désagréables et laisse une impression «d’air pur».

Concluante, l’expérimentation sera étendue à 18 stations avant la fin 2018 et à une cinquantaine d’autres l’an prochain.

proprete_ratp.jpg
© P.Landais-Barrau

Un recours au numérique appliqué

Déjà effectif sur l’application Mon RER A, le signalement  d’un problème de propreté est désormais possible sur l’appli de la RATP.

Cette fonctionnalité est aussi disponible sur les tablettes de travail des 5.300 agents présents au quotidien en station, qui peuvent ainsi demander immédiatement l’intervention d’une équipe de nettoyage.

Les mauvais comportements anticipés

Une nouvelle signalétique colorée a été imaginée afin d’inciter les voyageurs à adopter un comportement plus respectueux, par exemple en utilisant les cendriers, en jetant leur ticket à la poubelle ou encore en ne crachant pas leur chewing-gum par terre.

Expérimenté l’an passé, ce «marketing incitatif» – aussi appelé «nudge» – doit être déployé sur les lignes 9 et 13 d’ici à la fin de l’année, ainsi que dans les interconnexions les plus fréquentées.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles