Paris : quels sont les 12 opérateurs de trottinettes électriques en libre-service de la capitale ?

Un usage désormais interdit sur les trottoirs parisiens. Un usage désormais interdit sur les trottoirs parisiens. [© FRANCOIS GUILLOT / AFP]

De plus en plus présentes dans l'espace public parisien, les trottinettes sont le nouveau moyen de transport plebiscité par la jeune génération et tous ceux qui souhaitent délaisser la voiture. Mais quels sont les douze opérateurs qui disposent leurs trottinettes dans Paris ?

Arrivées un an après les scooters électriques en libre-service, les trottinettes – elles aussi électriques et en «free floating» – ont su conquérir le paysage urbain. Il y a d'abord eu Lime en juin 2018, puis Bird quelques semaines plus tard et Bolt, à la rentrée de la même année, suivie de Wind. Fin 2018, Tier a fait leur apparition sur les trottoirs parisiens.

Enfin, en 2019, les trottinettes Flash, Hive, Voi et Dott sont arrivées coup sur coup, avant les petites dernières Jump et Ufo, déployées au printemps 2019. Plus récemment encore, l'athlète jamaïcain Usain Bolt, représentant de la trottinnette Bolt, a lancé à son modèle à Paris (attention à ne pas confondre avec l'autre trottinette du même nom).

Des questions se posent alors. Est-ce que tous ces services se valent ? Quelles sont les ressemblances et les différences entre les opérateurs ? Voici un comparatif de l'ensemble des services de location de trottinettes disponibles à Paris.

LIme

Première arrivée sur le marché parisien, la trottinette Lime est Américaine. Grande et élancée, cette patinette motorisée peut aller à une vitesse maximale de 24 km/h, pour une autonomie de 50 km et est accessible dès 18 ans.

Côté prix, il faut débourser un euro de «prise en charge», puis 15 centimes la minute. Mais attention, pour payer, il faut s'acquitter d'un coupon de 10, 20, ou 50 euros. Ainsi, il faudra compter 3,25 euros pour une course de 15 minutes et 5,5 euros pour une course de 30 minutes.

Pour l'emprunter, le système est classique. Après avoir téléchargé l'application et alimenté le compte d'au moins 10 euros, il faut d'abord localiser une trottinette Lime sur la carte, la trouver, puis scanner le code barre (QR code) qui se trouve sur le guidon, afin de la débloquer. Pour le rendre, il suffit de la garer (là où elle dérange le moins) puis finir la course sur l'application.

Bird

La trottinette Bird a fait son apparition en plein été, à Paris. Egalement Américaine, elle est néanmoins bien moins imposante que la version de Lime. Son modèle – la Xiaomi M365 – est d'ailleurs commercialisé (autour de 400 euros) pour les particuliers.

Pour l'emprunter, il faut être âgé d'au moins 18 ans et posséder un permis de conduire valide. Sur l'application, il est également souligné que seul «un seul conducteur est autorisé par trottinette». Concernant la vitesse, Bird peut – tout comme son concurrent – aller jusqu'à 24 km/h.

Côté prix, Bird pratique la même tarification que Lime, sauf qu'il n'est pas nécessaire de payer à l'avance. Donc l'utilisateur ne paie que ce qu'il «consomme», soit un euro de «prise en charge», puis 25 centimes la minute (un tarif qu'il a augmenté au printemps 2019). Soit 4,75 euros pour 15 minutes, 8,5 euros pour 30 minutes.

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Bird (@bird) le

Bolt

Arrivée à l'été 2019, la trottinette Bolt est commercialisée par la plateforme de VTC Txfy. Pour l'utiliser, il faut déjà télécharger l'application dédiée à cette plateforme. Et grande nouveauté, sur cette application, il est possible de se réserver la trottinette Bolt pendant trois minutes, le temps de la rejoindre (beaucoup moins que les 10 minutes de Cityscoot, mais bien pratique quand même).

Comme les autres trottinettes, elle est censée rouler à 25 km/h maximum, mais dans les faits, cette vitesse est rarement atteinte. Mais contrairement aux autres, déjà bien installées dans d'autres villes du monde, Bolt se déploie à Paris comme un nouveau service en «expérimentation».

Côté prix, la tarification de la trottinette Bolt est alignée sur celle de Lime et Bird, c'est-à-dire un euro «pour la prise en charge», puis 15 centimes la minute (3,25 euros pour 15 minutes, 5,5 euros pour 30 minutes).

WIND

Assez discrète pour l'instant, la trottinette Wind a commencé à être déployée à Paris cet été. Déployée aux Etats-Unis et dans d'autres villes européennes et française comme Bordeaux, celle-ci fonctionne via une application dédiée aux mobilités, sur laquelle les usagers peuvent emprunter soit un vélo en libre-service, soit une trottinette électrique également en libre-service.

Fin octobre, ce service ne semblait pas encore parfaitement implanté dans les rues de la capitale, puisque seuls quelques arrondissements de l'hyper-centre était couvert par l'application. Et il faut faire très attention à ne pas quitter cette zone, car si la location prend fin hors de celle-ci, 100 euros sont prélevés directement sur le compte. Difficile donc d'imaginer être un utilisateur quotidien si l'on ne peut pas sortir de cette zone confinée.

Du côté des prix, peu de changement : il faut également compter 1 euro pour la «prise en charge», pour les 20 premières minutes, puis 15 centimes la minute. Par contre, il faut faire attention à bien rendre la trottinette dans la zone autorisée.

tier

Après Voi, voici Tier. Une nouvelle trottinette électrique arrivée à Paris, à la fin du mois de décembre. Repérées dans le centre-ville de Paris, elles sont nombreuses à être disponibles dans le quartier des Halles et autour des musées parisiens.

Impossible de connaître leur nombre exact, tant les sociétés (souvent américaines ou chinoises) communiquent peu. Egalement disponible à Lisbonne (Portugal), Vienne (Autriche) et Malaga (Espagne), la trottinette Tier au design vert et noir ne présente pas de nouveauté, ni de gadget supplémentaire par rapport aux concurrents.

Et comme d'habitude pour l'emprunter, il suffit de télécharger l'application. Ensuite, pas de surprise côté prix : il faut compter 1 euro de «prise en charge», puis il faut débourser 15 centimes la minute.

Flash devient «circ»

Déjà déployée à Madrid (Espagne), Lisbonne (Portugal) et Zurich (Suisse), la trottinette Flash a fait son arrivée à Paris en février. A sa tête, Stéphane MacMillan, l'ancien directeur du service de livraison Foodora en France, a assuré vouloir «être un acteur de poids, pas un acteur de plus».

Dès les 16 et 17 février, près de 500 trottinettes seront disposées dans les 5e et 6e arrondissements de Paris. A terme, plusieurs milliers d'entre elles devront être déployées dans la capitale, mais «pas trop», afin de «ne pas déranger l'espace public».

Aucune nouveauté côté pratique, il faut télécharger l'application, avant de pouvoir localiser les trottinettes disponibles, scanner le QR code pour la dévérouiller. Enfin, pas de surprise non plus côté prix : comme pour ses concurrents, il faut compter 1 euro de «prise en charge», puis 15 centimes la minute.

Le 4 juin, l’opérateur de trottinettes électriques en free-floating «flash»  a annoncé qu’il changeait de nom et devenait «circ». «Flash transforme sa marque, en vue de l’ouverture de son service dans de nouveaux pays, dont l’Allemagne cette semaine», a ainsi fait savoir celui-ci.

HIVE

Après un déploiement récent à Lisbonne (Portugal) et à Athènes (Grèce), ce sont 800 trottinettes de la marque Hive – utilisables 24h/24 – qui débarquent à Paris, jeudi 7 mars. Née d'un partenariat entre BMW et Daimler, cette nouvelle trottinette électrique en free-floating – de 20 km d'autonomie et de 24 km/h de vitesse maximum – se veut plus écologique et sécuritaire.

D'ici à un mois, 1.000 trottinettes seront déployées sur l'intégralité du territoire parisien. Pour les emprunter, l'application est déjà disponible et le système est classique. Pour les recharger, par contre, le groupe va faire appel à une entreprise externe qui viendra récupérer les trottinettes, puis les déposera directement chez Hive. Là, en plus d'être rechargées, elles seront intégralement contrôlees et leurs «organes» de sécurité vérifiés. 

Côte prix, Hive s'est calé avec ceux de ses concurrents : 1 euro pour la débloquer, puis 15 centimes la minute. Pas besoin néanmoins de s'acquitter d'une somme minimum à l'avance, l'utilisateur est débité à chaque course.

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

It's our 11th day in the streets of Lisbon. Join the family, download the App now and #ridehive #vamoshive

Une publication partagée par hive (@hiverides) le

VOI

Rien n'arrête l'expansion des trottinettes électriques à Paris, alors que – en toute discrétion – de nouveaux modèles font leur apparition dans les rues de la capitale. C'est le cas de Voi, la nouvelle trottinette rose et noire déployée à Paris au mois de mars 2019.

Pour le design, Voi est un modèle classique de trottinette électrique à deux-roues, muni d'un garde-boue, d'une mini lumière à l'avant et d'une sonnette. A l'instar de ses concurrents, l'application est nécessaire pour la reprérer dans l'espace public parisien, puis il faut scanner le QR code à l'aide son téléphone.

Côté prix, rien de bien différent puisque tous les opérateurs ont calqué leur prix les uns sur les autres. Pour emprunter ce petit engin à deux-roues, il faut donc compter 1 euro pour le «débloquer» (les fameux frais de «prise en charge»), puis il faut débourser 15 centimes la minute.

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Bon Voiage #ridevoi #wheelsofvoi #ridethefuture #scooter #scooterlife #greencity #paris #france #vivelavoi #bonvoiage

Une publication partagée par VOI (@voiscooters) le

DOTT

Développée par deux pros du secteur, anciens du groupe Ofo qui a développe un vélo en libre-service, la trottinette Dott a fait son apparition dans les rues de Paris, en ce début de printemps, après un lancement à Bruxelles (Belgique). Lancée mi-mars à la Station F, il était d'abord question d'en déployer une centaine autour de la Halle Freyssinet, avant d'élargir son périmètre d'action.

Et grande nouveauté côté Dott, le groupe a mis au point sa propre trottinette, conçue pour un usage intensif, et ce, alors la quasi-totalité des autres opérateurs ont opté pour les modèles Segway. Ses concepteurs vantent ainsi une «meilleure tenue de route, double système de freinage, vitesse limitée à 20 km/h et meilleure stabilité grâce à un plateau plus large».

Leur fonctionnement est similaire aux autres. Idem pour le prix, comme à Bruxelles, le groupe s'est aligné sur ses concurrents avec 1 euro pour le déverouillage puis 15 centimes la minute. Chargée, la trottinette pourra faire plus ou moins 35 km, en fonction du trafic et des conditions météorologiques.

capture_decran_2019-04-07_a_12.17.51.png

JUMP

Début avril 2019, 500 trottinettes Jump ont été déployées dans Paris intra-muros par Uber qui se lance dans la bataille du free floating dans la capitale. Le groupe américain a également déployé 500 vélos électriques, «avant un déploiement progressif dans les prochaines semaines».

Disopnibles directenement sur l'application Uber, ces deux-roues électriques seront accessibles – à l'instar de ses concurents – moyennant 15 centimes la minute, plus 1 euro afin de «débloquer» la location. Soit 2,50 euros les 10 minutes, ou 5,50 euros la demi-heure.

A l'occasion de son lancement, le groupe a annoncé que les «frais de déverrouillage» étaient offerts pendant trois semaines.

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Cruisin’ ‘round Austin. #SXSW

Une publication partagée par JUMP (@jump_rides) le

UFO

C'est le dernier opérateur de trottinettes en free-floating en date à faire son arrivée à Paris. Début avril 2019, Ufo – qui dépend de la marque automobile Seat – s'est donc installé en toute discrétion, disposant des deux-roues près des grands monuments parisiens.

Côté design, le style des trottinettes Ufo est assez minimaliste, noire et verte, avec une sonnette mais sans aucune lumière. Elles sont disponibles via l'application UfoScooters, où elles peuvent être louées dès 1 euro, puis 15 centimes la minute. 

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Salut Paris!

Une publication partagée par UFO (@ufoscooters_eu) le

Bolt devient «B mobility»

Déployée mi-mai à Paris, la trottinette Bolt (by Usain Bolt) a très récemment changé de nom en «B Mobility» pour ne plus être confondue avec celles, noires et vertes, de la société Txify, présentes dans la capitale depuis près d'un an.

La flotte de l'entreprise B Mobility sera consituée de trois modèles à débloquer avec l'application du smartphone : «Original», «One» et «Chariot», dont la dernière arbore un look futuriste. Ces nouveaux engins présentent la particularité d'avoir des batteries amovibles, ce qui est censé faciliter la logistique et améliorer leur durée de vie, selon la société.

Côté prix, B Mobility affiche un tarif de 1 euro pour débloquer le service, puis 15 centimes par minute. Un tarif déjà pratiqué par l'ensemble des concurrents parisiens, excepté pour la trottinette Bird. La société prévoit de se déployer sur l'ensemble de la région parisienne. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles