Paris : qui sont les 4 opérateurs de trottinettes électriques en libre-service de la capitale ?

Contrairement à certains usages parisiens, il est pourtant interdit de faire de la trottinette électrique sur le trottoir. [© FRANCOIS GUILLOT / AFP]

De plus en plus présentes dans l'espace public parisien, les trottinettes sont le nouveau moyen de transport plebiscité par la jeune génération et tous ceux qui souhaitent délaisser la voiture. Mais qui sont les quatre opérateurs, qui disposent leurs trottinettes dans Paris ?

Arrivées un an après les scooters électriques en libre-service, les trottinettes – elles aussi électriques et en «free floating» – ont sû conquérir le paysage urbain. Il y a d'abord eu Lime fin juin, puis Bird le 1er août et Bolt, à la rentrée 2018, et enfin, plus récemment, Wind

Des questions se posent alors. Est-ce que tous ces services se valent ? Quelles sont les ressemblances et les différences entre les opérateurs ? Voici un comparatif mis à jour en septembre de l'ensemble des services de location de trottinettes dispo à Paris ?

LIme

Première arrivée sur le marché parisien, la trottinette Lime est Américaine. Grande et élancée, cette patinette motorisée peut aller à une vitesse maximale de 24 km/h, pour une autonomie de 50 km et est accessible dès 18 ans.

Côté prix, il faut débourser un euro de «prise en charge», puis 15 centimes la minute. Mais attention, pour payer, il faut s'acquitter d'un coupon de 10, 20, ou 50 euros. Ainsi, il faudra compter 3,25 euros pour une course de 15 minutes et 5,5 euros pour une course de 30 minutes.

Pour l'emprunter, le système est classique. Après avoir téléchargé l'application et alimenté le compte d'au moins 10 euros, il faut d'abord localiser une trottinette Lime sur la carte, la trouver, puis scanner le code barre (QR code) qui se trouve sur le guidon, afin de la débloquer. Pour le rendre, il suffit de la garer (là où elle dérange le moins) puis finir la course sur l'application.

Bird

La trottinette Bird a fait son apparition en plein été, à Paris. Egalement Américaine, elle est néanmoins bien moins imposante que la version de Lime. Son modèle – la Xiaomi M365 – est d'ailleurs commercialisé (autour de 400 euros) pour les particuliers.

Pour l'emprunter, il faut être âgé d'au moins 18 ans et posséder un permis de conduire valide. Sur l'application, il est également souligné que seul «un seul conducteur est autorisé par trottinette». Concernant la vitesse, Bird peut – tout comme son concurrent – aller jusqu'à 24 km/h.

Côté prix, Bird pratique la même tarification que Lime, sauf qu'il n'est pas nécessaire de payer à l'avance. Donc l'utilisateur ne paie que ce qu'il «consomme», soit un euro de «prise en charge», puis 15 centimes la minute (3,25 euros pour 15 minutes, 5,5 euros pour 30 minutes).

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Bird (@bird) le

Bolt

Dernière arrivée, la trottinette Bolt est commercialisée par la plateforme de VTC Txfy. Pour l'utiliser, il faut déjà télécharger l'application dédiée à cette plateforme. Et grande nouveauté, sur cette application, il est possible de se réserver la trottinette Bolt pendant trois minutes, le temps de la rejoindre (beaucoup moins que les 10 minutes de Cityscoot, mais bien pratique quand même).

Comme les autres trottinettes, elle est censée rouler à 25 km/h maximum, mais dans les faits, cette vitesse est rarement atteinte. Mais contrairement aux autres, déjà bien installées dans d'autres villes du monde, Bolt se déploie à Paris comme un nouveau service en «expérimentation».

Côté prix, la tarification de la trottinette Bolt est alignée sur celle de Lime et Bird, c'est-à-dire un euro «pour la prise en charge», puis 15 centimes la minute (3,25 euros pour 15 minutes, 5,5 euros pour 30 minutes).

WIND

Assez discrète pour l'instant, la trottinette Wind a commencé à être déployée à Paris cet été. Déployée aux Etats-Unis et dans d'autres villes européennes et française comme Bordeaux, celle-ci fonctionne via une application dédiée aux mobilités, sur laquelle les usagers peuvent emprunter soit un vélo en libre-service, soit une trottinette électrique également en libre-service.

Fin octobre, ce service ne semblait pas encore parfaitement implanté dans les rues de la capitale, puisque seuls quelques arrondissements de l'hyper-centre était couvert par l'application. Et il faut faire très attention à ne pas quitter cette zone, car si la location prend fin hors de celle-ci, 100 euros sont prélevés directement sur le compte. Difficile donc d'imaginer être un utilisateur quotidien si l'on ne peut pas sortir de cette zone confinée.

Sinon du côté des prix, peu de changement : il faut également compter 1 euro pour la «prise en charge», pour les 20 premières minutes, puis 15 centimes la minute. Par contre, il faut faire attention à bien rendre la trottinette dans la zone autorisée.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles