Un tableau retrouvé dans un grenier toulousain pourrait être vendu à plus de 150 millions d'euros

Pour l'instant, il est estimé à 150 millions d'euros[[Daniel LEAL-OLIVAS / AFP]]

Il y a quelques années, en 2014, un Toulousain a mis la main sur un véritable trésor dans le grenier de sa nouvelle maison : parmi les objets entassés, il a découvert un tableau du Caravage, qui pourrait se vendre en juin prochain à plus de 150 millions d'euros.

Tout a commencé il y a cinq ans, lorsque le Toulousain chanceux a trouvé cette peinture couverte de poussière, avec une trace liée à une fuite d'eau, mais qui semblait tout de même avoir de la valeur.

Une découverte extraordinaire

Pour en avoir le cœur net, il a alors passé un coup de fil à son ami commissaire-priseur Marc Labarbe. Ce dernier a précautionneusement nettoyé le tableau avec du coton imbibé d'eau, faisant apparaître trois visages, et a envoyé une photo à l'expert parisien Eric Turquin qui l'a identifié comme étant l'une des œuvres du maître italien Le Caravage. 

«C'est le plus grand tableau que j'ai jamais découvert», a affirmé Eric Turquin à CNN. «Il est très violent. Presque insoutenable. Mais c'est un artiste qui incarne le texte - il le fait vivre», a-t-il ajouté. 

Peinte en 1607, l'œuvre baptisée «Judith et Holopherne» représente un épisode du Livre de Judith (un livre deutérocanonique de la Bible) particulièrement populaire auprès des artistes du XVIIe siècle. On y voit une jeune femme accompagnée de sa servante en train de décapiter un homme, qui se trouve être un général assyrien sur le point d'attaquer sa ville de Béthulie en Judée. Le Caravage en avait fait une première version en 1598, qui est actuellement exposée à la Galerie nationale d'art ancien de Rome. 

D'après Eric Turquin, le tableau de 1607 a été peint à une période compliquée pour l'artiste. Un an plus tôt, il avait mortellement blessé un adversaire en duel et avait été contraint de fuir Rome pour vivre en exil à Naples, à Malte et en Sicile. «Le Caravage devenait plus sinistre, plus sombre vers la fin de sa vie», a expliqué l'expert parisien, toujours à CNN

66e tableau connu du maître italien

Quatre documents prouvent que Le Caravage est bien l'auteur de ce tableau : deux lettres de l'artiste au Duc de Mantua, dans lesquelles il décrit précisément cette œuvre, une peinture de Louis Finson datant de 1617 qui est la copie conforme de celle du Caravage et l'inventaire de succession d'Abraham Vinck, l'associé de Louis Finson. «Après 1689, on perd la trace du tableau», a précisé Eric Turquin. 

finson_-_caravage.jpg

«Judith et Holopherne» du Caravage et la copie de Louis Finson (GIUSEPPE CACACE / AFP)

D'autres indices certifient qu'il s'agit bien de l'original, et non d'une deuxième copie : la vivacité qui s'en dégage - «une copie est sèche et manque d'énergie», estime Eric Turquin - et les modifications visibles sous la peinture - «Quelqu'un qui copie reproduit exactement ce qu'il voit, un peintre change d'avis en peignant», a ajouté l'expert. 

«Judith et Holopherne», le 66e tableau connu du Caravage, sera mis en vente le 22 juin prochain. Pour l'instant, il est estimé à 150 millions d'euros. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles