Marlène Schiappa : «faire la grève du sexe, c’est aussi se priver soi-même»

Marlène Schiappa a répondu à Alyssa Milano.[Martin BUREAU / AFP]

Marlène Schiappa n’est pas d’accord avec l’idée de «grève du sexe», lancée aux Etats-Unis autour d’un débat sur l’IVG, et elle le fait savoir.

Tout est parti d’un appel, lancé par l’actrice Alyssa Milano, en réponse à la décision de l’Etat de Géorgie, qui a interdit les avortements dès que les battements de cœur du fœtus sont perceptibles (soit environ six semaines de grossesse). «Nos droits liés à la procréation sont supprimés. Tant que nous les femmes n’auront pas un contrôle légal sur notre corps, nous ne pouvons pas risquer de tomber enceintes», s’est-elle justifiée pour sa grève du sexe.

Une prise de position à laquelle la secrétaire d'Etat en charge de l'égalité hommes-femmes a répondu dimanche, sur son compte Instagram. Selon elle, «le sexe n’est pas un service que l’on rend à quelqu’un. Faire la grève du sexe, c’est aussi se priver soi-même».

«Menacer de grève du sexe en réaction aux régressions du droit à l’IVG c’est comme nous punir nous-même une deuxième fois». La secrétaire d’Etat termine en expliquant que les femmes ont le droit à une sexualité libre et épanouie, en arrêtant de penser que son but n’est que d’être agréable aux hommes.

Aux Etats-Unis cette «grève du sexe» a pris de l’ampleur, avec les soutiens d’autres acteurs et actrices, comme Amy Schumer, Ben Stiller ou Alec Baldwin.

Vous aimerez aussi

Etats-Unis Après l'Alabama, le Missouri adopte une loi restrictive sur l'avortement
Etats-Unis En Alabama, les médecins pratiquant l’IVG risquent désormais jusqu'à 99 ans de prison
Un syndicat de gynécologues menace de ne plus pratiquer l'IVG
Santé Un syndicat de gynécologues menace de ne plus pratiquer l'IVG

Ailleurs sur le web

Derniers articles