Ce qu'il faut savoir sur les nouveaux radars tourelles

400 radars tourelles, dits de «nouvelle génération» vont être installés en France cette année et trois fois plus d'ici à 2020.

Ces nouveaux équipements sont destinés à remplacer le parc actuel, aujourd'hui quasiment inexistant. 

Selon les chiffres du gouvernement, 75 % des radars fixes ont en effet été détruits ou dégradés ces derniers mois, notamment depuis le début du mouvement des «gilets jaunes».

Des machines ultra-résistantes

En conséquence, le manque à gagner pour les caisses de l’Etat pour la période 2018-2019 a été énorme puisque évalué à quelque 660 millions d’euros. Des dégradations qui, en outre, pourraient aussi expliquer la hausse récente du nombre de morts sur les routes de France.

Dans ce contexte, la réponse de l'Etat va ainsi consister à mettre en place des machines beaucoup plus difficiles à dégrader.

Appelés radars tourelles, de son vrai nom «Mesta Fusion 2», ces nouveaux contrôleurs automatiques, dont une dizaine sont déjà testés sur le territoire, seront suspendus sur un mât de quatre mètres de haut, leur permettant de suivre huit voies de circulation et de déceler plusieurs infractions en même temps. 

seule la vitesse contrôlée... pour l'instant

La Sécurité routière a toutefois précisé que le «radar tourelle» n’a, pour l'instant, été homologué que pour contrôler la vitesse.

Mais, en théorie, il pourrait aussi servir à l'avenir à vérifier si les conducteurs portent ou non leur ceinture, s'ils téléphonent au volant, ou encore s'ils respectent bien les distances de sécurité.

Ils sont également capables de flasher plusieurs véhicules en même temps, en contrôlant huit voies de circulation sur un tronçon de 200 mètres.

Pour finir, les caméras de chaque machine pourront être déplacées facilement d’une tourelle à l'autre, certaines servant de leurres le reste du temps, sans que les automobilistes ne le sachent.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles