Paris : quels sont les 52 parcs et jardins où il est désormais interdit de fumer ?

A partir de ce samedi 8 juin 2019, il est interdit de fumer dans 52 parcs et jardins de Paris. Une mesure qui vise à lutter contre la pollution et le tabagisme passif.

Cette mesure avait déjà été testée en juillet 2018 dans six espaces verts : le parc Georges Brassens (15e), les jardins Anne Franck (3e) et Yilmaz Güney (10e) et les squares Trousseau (12e), Henri Cadiou (13e) et Batignolles (17e). Une expérimentation qui «a permis de faire diminuer le nombre de fumeurs présents dans ces parcs et de mégots jetés au sol», souligne la municipalité.

Fort de ce succès, l’interdiction sera donc désormais étendue à 46 autres «jardins sans tabac», soit au total 52 répartis à travers toute la ville :

Des panneaux d'informations et des cendriers sont installés à l'entrée de chacun d'entre eux, tandis que des flyers seront distribués.

Si dans un premier temps – pour quelques semaines –, les agents de la ville se contenteront de faire de la prévention, à terme, les fumeurs risqueront une amende de 38 euros (comme dans les aires de jeux pour enfants).

Il faut dire que ces bouts de cigarette représentent un énorme enjeu en terme de pollution. Alors que 38 % des Parisiens fument quotidiennement (contre 30 % des Français), 10 millions de mégots sont jetés chaque jour dans la capitale, soit 3,6 milliards de mégots par an.

Or, ces déchets «contiennent 2.500 substances toxiques différentes et mettent douze ans à se décomposer. Donc ces matières toxiques vont progressivement s'infiltrer dans le sol. Donc ça génère une pollution énorme», souligne Célia Blauel, l'adjointe parisienne à l'Environnement.

«Un mégot à lui seul pollue 500 litres d'eau, vous imaginez ce que ça peut donner avec 350 tonnes de mégots jetées par terre chaque année à Paris...», ajoute celle qui est aussi en charge de l'eau et de l'assainissement.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles