Dordogne : un homme porte plainte contre la SPA pour avoir fait adopter et castrer son chien disparu

Le chien recueilli par la SPA de Bergerac est bien Gribouille selon son propriétaire. Sauf qu'aucune puce d'identification n'a été détectée. Le chien recueilli par la SPA de Bergerac est bien Gribouille selon son propriétaire. Sauf qu'aucune puce d'identification n'a été détectée. [Pascal Salasc]

En Dordogne, un homme a décidé de porter plainte contre la SPA de Bergerac. Il l'accuse d'avoir fait adopter son chien Gribouille, qui avait fugué, par une autre famille, et de l'avoir castré.

Cette histoire pas banale commence au début du mois de juin à Villefranche-de-Lonchat, lorsque Gribouille, un border collie de 5 ans, s'enfuit du jardin de son maître, Pascal Salasc, raconte France Bleu Périgord. Au même moment, un chien de race identique est emmené à la fourrière de la SPA de Bergerac. Quelques semaines après, en pianotant sur internet, Pascal tombe sur une annonce sur le site de la SPA, proposant d'adopter un chien. Pour lui, pas de doute, il s'agit de Gribouille.

Le maître se rend donc au refuge, et apprend que l'animal a été adopté il y a une dizaine de jours. Aucune puce d'identification n'a en effet été détectée sur ce chien. Celui-ci a même été rebaptisé «Bandy», et a été castré. Mais Pascal veut récupérer «son» chien, et montre des photos de Gribouille pour prouver qu'il s'agit de son chien. Sauf que la SPA lui rétorque qu'elle ne peut pas revenir sur l'adoption.

Une pétition signée par plus de 2.300 personnes

Au travers de sa plainte pour «vol» et de sa requête déposée au tribunal de Bergerac (examinée le 8 octobre prochain), Pascal veut forcer la SPA à lui restituer Gribouille. Le maître veut également prouver que le refuge n'a pas respecté les règles d'adoption. Il existe une période obligatoire de huit jours pendant laquelle l'animal n'est pas adoptable. Un délai qui n'a pas été respecté d'après Pascal, ce que réfute la SPA. Selon Pascal Salasc, la castration du chien n'a pas non plus été faite dans les règles, car elle a été pratiquée avant l'adoption.

Pascal est prêt à tout pour montrer qu'il s'agit bien de son chien et prouver sa bonne foi. Il se dit même prêt à faire des tests ADN à partir des poils qu'il a récupérés sur la brosse de Gribouille, et réclame le droit de rencontrer l'animal. Il a également proposé de faire faire au chien une radio pour trouver la puce d'identification, qui selon lui a pu se désactiver. Une pétition a par ailleurs été lancée sur le site change.org, qui a déjà recueilli plus de 2.300 signatures. Le 7 septembre prochain, Pascal a enfin prévu d'organiser une manifestation devant la SPA de Bergerac.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles