Piratage informatique : la gendarmerie française neutralise un «botnet»

La gendarmerie a d'abord réalisé au printemps 2019 une «copie discrète» du serveur en cause[Rob Engelaar / ANP / AFP]

C'est une victoire pour les autorités. La gendarmerie française a neutralisé un «botnet» (réseau d'ordinateurs piratés agissant de concert) de plusieurs centaines de milliers de machines, après avoir reçu des informations de l'éditeur d'anti-virus Avast, a-t-elle annoncé mardi.

Le réseau d'ordinateurs était commandé par un serveur hébergé en Ile-de-France.

Toutes les machines, localisées notamment en Amérique centrale et en Amérique du sud, avaient été infectées par le ver (code informatique malfaisant) Retadup, ce qui permettait aux pirates d'en prendre le contrôle à distance, à l'insu de leur propriétaire.

Alertés par Avast de l'existence de Retadup et de la présence du serveur de contrôle en France, la gendarmerie a d'abord réalisé au printemps 2019 une «copie discrète» du serveur en cause, chez son hébergeur en Ile-de-France, sans que les pirates ne s'en rendent compte.

Une faille trouvée dans le logiciel pirate

L'analyse du serveur a montré l'existence d'une faille dans le logiciel utilisé par les pirates, selon le récit de la gendarmerie. Les cyber-limiers du Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) de la gendarmerie ont ensuite pu utiliser cette faille pour désinfecter à distance tous les ordinateurs touchés, avec l'aide notamment du FBI, la police fédérale américaine.

Pour ce faire, ils ont en juillet substitué au serveur des pirates une machine qu'ils contrôlaient eux-même, et qui a pu envoyer les instructions nécessaires aux machines touchées. «Cette première mondiale aboutit à désinfecter à l'heure actuelle 800.000 machines», selon la gendarmerie. «Les investigations se poursuivent pour identifier le groupe criminel à l'origine des faits», a-t-elle précisé.

Le réseau d'ordinateurs infectés permettait notamment aux pirates de génerer de la cryptomonnaie Monero. Le ver Retadup «semble également être à l'origine depuis 2016 de nombreuses attaques et vols de données et blocage de systèmes», selon la même source. L'opération a été menée sous le contrôle de la section F1 du Parquet de Paris, spécialisée dans la cybercriminalité.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles