La DGSI lance une grande opération de recrutement

La DGSI a lancé ce 8 novembre une grande campagne de recrutement. Elle ambitionne de recruter 1.200 personnes d'ici à 2024.

Créée en 2014, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a succédé à la DST (Direction de la surveillance du territoire). Elle est chargée d'assurer différentes missions, allant de la prévention d'attentats, de la cyberdéfense à la contre-ingérence économique.

Le service dénombre aujourd'hui 4.300 agents et ses effectifs doivent grimper à 5.500 d'ici à cinq ans. Un «défi énorme» en termes de ressources humaines, commente-t-on en interne.

une campagne sur le web

Pour attirer de nouveaux candidats, la maison du renseignement a décidé de sortir de son habituelle réserve. Elle a lancé le hashtag #LaDGSIrecrute et publié plusieurs offres d'emploi sur LinkedIn. Sur la chaîne Youtube du Ministère de l'Intérieur, elle a également dévoilé un spot de promotion, qui semble tout droit sorti de la série Le Bureau des Légendes.

En noir et blanc, la vidéo fait défiler une série d'images alléchantes : un dossier classé Secret défense, des scènes d'écoute téléphonique, des filatures, des réunions stratégiques...

En parallèle, la DGSI organise des sessions de job dating et noue des partenariats avec des pôles universitaires et des écoles supérieures.

La DGSI est à la recherche de multiples profils : des enquêteurs, des analystes, des ingénieurs, des techniciens en informatique, des spécialistes de la cryptologie... Elle recherche également des experts des relations internationales et des traducteurs en arabe, persan, chinois ou russe.

Une concurrence

«Le constat que nous faisons est qu'un certain nombre de nos métiers, de nos attentes sont aujourd'hui mal perçus par les candidats potentiels», explique le patron de la Sécurité intérieure, Nicolas Lerner. Les géants du web ou les entreprises de sécurité sont souvent à la recherche du même type de profils. «Il est légitime que les services de l’État utilise les mêmes outils que l'ensemble du secteur économique français», fait observer le patron de la Sécurité intérieure. Le service se dit prêt à proposer des rémunérations capables d'attirer et fidéliser certains profils recherchés.

D'autres services de renseignement font aussi concurrence. D'ici à 2022, la DGSE veut recruter 1.500 profils, incluant des ingénieurs et des crypto-mathématiciens.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles