Un gang de «voltigeurs» qui braquait des camions roulant sur l'autoroute interpellé

Les 10 suspects ont été mis en examen pour vol en bande organisée, recel de vols en bande organisée et association de malfaiteurs. Ils ont été placés en détention provisoire.

Les gendarmes les surnomment les «voltigeurs» et même les «surfeurs». Dix malfaiteurs venus de Roumanie ont été arrêtés le 6 novembre dernier à Saran (Loiret) par les enquêteurs de la section de recherche d'Orléans, du groupement de gendarmerie du Loiret et de l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante.

Les enquêteurs en sont convaincus : cette équipe détroussait depuis le printemps dernier des camions de marchandise en pleine nuit alors que le véhicule était en train de rouler. Le tout, à l'insu du camionneur.

Les voleurs présumés étaient si agiles que les gendarmes ont d'abord pensé à une connivence du conducteur du camion. Une hypothèse démentie par le tachygraphe qui a montré que le camion ne s'était pas arrêté entre son départ de l'entrepôt et le premier stop au cours duquel le conducteur constatait que la porte arrière avait été fracturée. C'est en analysant toutes les barrières de péage d'autoroute que les enquêteurs constatent que peu avant les faits, le camion est suivi par trois vehicules immatriculés en Roumanie. Immatriculation qui leur permet de remonter jusqu'à des individus roumains connus pour des faits similaires, explique à CNEWS le capitaine Leclerc, de l'Ocldi.

Le mode opératoire est digne d'un film d'action.Une voiture s'approche au plus près du camion lancé sur l'autoroute. Par un toit ouvrant, l'un des suspects grimpe sur le toit de cette voiture, passe sur le capot. De là, debout, il fracture la porte arrière du camion et saute dans la remorque. Le convoi roule toujours. Un deuxième véhicule, de style utilitaire, avec une trappe dans le toit prévue pour la manoeuvre, vient à son tour coller le camion. Et le suspect y lance les cartons de marchandise qu'il saisit dans la remorque, directement récupérés par un complice.

Un travail de funambule : «Il faut reconnaître une dextérité certaine», note le capitaine Leclerc. Lors de leur interpellation, les suspects venaient de dérober de cette manière 420.000 euros de marchandises en 10-15 minutes sur l'autoroute A10.

Ce mode opératoire n'avait jamais été constaté en France auparavant. Leur butin : des produits cosmétiques, du tabac, des équipements multimédia. Au total, l'équipe est suspectée de 21 «raids» de ce genre en France pour un butin estimé à plus de 3,5 millions d'euros. Les malfaiteurs opéraient toujours de nuit, en région Centre Val-de-Loire, Picardie, Bourgogne Franche-Comté, en Paca et en Ile-de-France. Les enquêteurs suspectent cette équipe d'avoir également sévi dans plusieurs autres pays européens, notamment en Allemagne, en Espagne, en Suède, au Danemark, au Royaume-Uni, en Roumanie ou encore aux Pays-Bas.

Les 10 suspects ont été mis en examen pour vol en bande organisée, recel de vols en bande organisée et association de malfaiteurs. Ils ont été placés en détention provisoire.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles