Soldats tués au Mali : l'armée française dément la revendication de Daesh

Emmanuel Macron présidera lundi une cérémonie d'hommage national aux victimes. [AFP]

L'armée français a démenti vendredi matin l'information selon laquelle Daesh était à l'origine de la collision entre deux hélicoptères survenue au Mali et ayant côuté la vie à 13 soldats français.

«C'est absolument faux. Ce qui est vrai, c'est qu'il y a eu collision dans une opération de combat très complexe, qui nécessite (…) une très fine coordination. Il n'y a pas eu de prise à partie par les jihadistes qui étaient poursuivis et marqués au sol. Il n'y a pas eu de retrait d'un appareil face à un tir de jihadistes», a affirmé le général François Lecointre dans une interview à RFI.

Jeudi soir, Daesh avait affirmé avoir tendu une embuscade à un convoi de soldats français dans la région de Ménaka, et des affrontements ont éclaté. Selon le communiqué de l'organisation islamiste, un hélicoptère transportant des renforts pour aider les troupes au sol avait tenté d'atterrir mais «les soldats du califat ont tiré en direction de l'appareil, le forçant à se retirer et au final il est entré en collision avec un autre hélicoptère causant la mort de 13 soldats».

Emmanuel Macron présidera lundi une cérémonie d'hommage national aux victimes.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles