Val-de-Marne : une association sauve des chats et chiens destinés à être mangés

Pas moins de 10.000 chiens et 4.000 chats qui sont tués chaque année à l'occasion du festival de Yulin, en Chine. Pas moins de 10.000 chiens et 4.000 chats qui sont tués chaque année à l'occasion du festival de Yulin, en Chine. [JOHANNES EISELE / AFP]

Chaque année, la ville de Yulin, située au sud-est de la Chine organise un festival le 21 juin durant lequel les festivaliers peuvent déguster de la viande de chien et de chat. L'association Stéphane Lamart exfiltre de Chine ces animaux destinés à être mangés.

Ce sont pas moins de 10.000 chiens et 4.000 chats qui sont tués chaque année à l'occasion de ce festival. L'association, effarée par ces chiffres dramatiques, a décidé de faire son possible pour en sauver le plus possible.

N'ayant pas encore obtenu de réponse suite à sa demande d'annulation définitive de ce festival, elle s'organise pour demander à ses bénévoles d'évacuer les chiens destinés à mourir lors de ce festival en les faisant prendre un vol Shanghai-Paris.

Un sauvetage bien rodé

Les bénévoles de l'association sur place en Chine apportent les chiens à l'aéroport. Les voyageurs qui se portent bénévoles peuvent ensuite rentrer en France avec les chiens (un maximum de 8 chiens pour deux personnes est fixé). 

Le site Wamiz explique que les chiens et les chats sont sauvés des camions à destination de Yulin par des activistes chinois présents sur place, qui aident ainsi l'association française à récupérer les animaux. Après les avoir sauvés, ils les mettent en sécurité dans des refuges, en attendant leur départ pour la France.

A leur arrivée en France, les animaux sont ensuite récupérés par l'association pour être mis à l'adoption. Avant de pouvoir intégrer les refuges, ils sont mis en quarantaine comme c'est le cas pour tous les nouveaux animaux qui arrivent dans un refuge. 

L'association Stéphane Lamart voit plus loin et met tout en oeuvre pour entrer en contact direct avec le président chinois en s'appuyant sur une traduction chinoise du Code Pénal.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles