Des humanoïdes plutôt que des hôtesses aux JO ?

Aiko possède quinze micro-moteurs sont la peau en silicone de son visage pour simuler les expressions. Aiko possède quinze micro-moteurs sont la peau en silicone de son visage pour simuler les expressions.[© Toshiba]

Chihira Aiko dit avoir 32 ans, mais en réalité elle est née en septembre dernier dans les laboratoires de Toshiba. Ce robot de 1,65 m, à l’apparence d’une Japonaise normale, était l’attraction du salon CES de Las Vegas, la semaine dernière.

 

Les experts en ­robotique du groupe nippon ont ainsi mis en avant cet humanoïde capable de parler en anglais et en japonais, de chanter et même d’apprendre le langage des signes.

Surtout, Aiko (ou Aico selon certains) possède une dimension troublante de réalisme pour ses interlocuteurs faits de chair et d’os. Son visage est recouvert d’une peau en silicone sous laquelle quinze micromoteurs simulent des expressions faciales afin de rendre crédible la surprise ou encore la joie, par exemple. "Regardez comme je suis expressive !", s’exclame-t-elle face à son public médusé.

Un robot qui n’est pas sans rappeler la série suédoise Real Humans, diffusée sur Arte, avec ses androïdes plus vrais que nature. Pour ­Toshiba, l’arrivée sur le marché de ce type d’humanoïdes n’est qu’une question de temps. D’ailleurs, si Aiko doit rester assise et ne peut pas encore se déplacer de manière autonome, elle ­devrait "pouvoir le faire dans un futur proche", selon l’un de ses créateurs, Taihei Yamaguchi.
 

Prête pour les JO de 2020

Le géant de l’électronique espère être prêt pour 2020, année lors de laquelle se dérouleront les JO à Tokyo, et qui sera une véritable ­vitrine technologique pour le pays.

Aico pourrait alors endosser le rôle d’hôtesse d’accueil pour les millions de touristes attendus, et jouer le rôle de traductrice. A elle seule, elle témoigne des avancées importantes réalisées dans ce ­domaine au Japon. Le pays du Soleil-Levant est en effet à la pointe, mais s’interroge aussi sur notre acceptation de ces êtres mécaniques si semblables à l’homme.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles