CES 2016 : les constructeurs dans la course à la voiture autonome

Panasonic présentait sa vision de l'automobile hyperconnectée au CES de Las Vegas. Panasonic présentait sa vision de l'automobile hyperconnectée au CES de Las Vegas.[© n.cailleaud pour Direct Matin]

Des écrans partout même sur les portières, des sièges pivotants, un volant qui se rétracte dans le tableau de bord... La voiture autonome s'est concrétisée un peu plus lors du CES de Las Vegas. Elle entend révolutionner notre rapport au transport.

Présents lors du plus grand salon high-tech au monde la semaine dernière, la plupart des constructeurs (BMW, Audi, Ford, Mercedes, Tesla...) ont fait part de leurs avancées dans ce domaine qui ne relève plus de la science-fiction. De nombreux prototypes sont d’ailleurs en test sur les routes de Californie et du Nevada aux Etats-Unis, où la légisaltion autorise leur expérimentation sur route. D'autres géants ne cachent pas leur ambition dans le secteur, à l'instar de Google et sa Google Car et même d'Apple, plus secret, mais dont l'intérêt semble être réel.

De leur côté, les spécialistes de l’électronique comptent également jouer un rôle important dans ce secteur où les véhicules deviendront hyper-connectés. LG envisage de proposer des tableaux de bords intégrants de écrans OLED de divers formes. Nvidia veut fournir des processeurs surpuissants dédiés à l’intelligence artificielle du véhicule. Panasonic offre même une vision d’un véhicule intégrant une multitude d’écrans pour développer l’infotainment (télévision, jeux vidéo, films...).

L'automobile comme lieu de partage

Sans chauffeur, l’automobile sera en effet davantage perçue comme un lieu de vie et plus enclin à être partagée. «Quand la voiture conduit toute seule, ce qu’on conduit n’a plus d’importance», estime Ron Montoya, analyste du cabinet Edmunds pour qui devenir propriétaire d’un véhicule ne sera plus un critère. La voiture autonome laisserait donc plus de place à la location ou à l’auto-partage.

Reste pour les constructeurs à faire admettre aux automobilistes l’idée de lâcher de volant. Un pas qu’ils semblent déjà prêts à franchir, puisque 55 % des habitants de quinze pays, dont 41 % de Français, se déclarent intéressés, selon une étude de l’Observatoire Cetelem de l’automobile publiée le mois dernier.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles