Les 3 concerts à ne pas manquer ce week-end à Paris

Babx sort Ascensions, un album marqué par les attentats de 2015 dans lequel il évoque Dieu, Sarkozy mais aussi Omaya, qui a résisté à l’Etat Islamique. [©Samuel Dietz]

Le week-end on apprécie écouter les notes d’un piano italien ou les vers de la poésie française. Mais on peut également opter pour un bon punk rock des années 1980.

Les Olivensteins

C’est le retour d’un groupe de punk rock français mythique. Formé il y a quarante ans à Rouen, Les Olivensteins sont dotés d’un savoir-faire mélodique intemporel. Dans leur premier véritable album, intitulé Inavalable, on y trouve des titres composés depuis leur renaissance en 2013 et d’autres qui n’ont jamais été enregistrés à l’époque, tels que Je hais les fils de riches. Un retour en grâce à la fois provocateur et fascinant.

Les Olivensteins, le 19 janvier, Petit bain (13e).

Babx

Babx fait rimer la poésie française avec sa voix sensuelle de crooner. En chantant les vers de Baudelaire, Rimbaud, Artaud ou encore d’Aimé Césaire, Babx, de son vrai nom David Babin, convie les spectateurs à une traversée musicale envoutante. Accompagné d’un piano, d’une batterie ou d’un violoncelle, son projet littéraire Cristal Automatique révèle une grande sensibilité.

Babx, le 20 janvier, Théâtre Antoine-Vitez (94).

Béatrice Rana

C’est l’étoile montante du piano italien. A tout juste 24 ans, Béatrice Rana est devenue l’une des jeunes pianistes les plus importante de sa génération. En interprétant la musique de Bach dans Les Variations Goldberg, l’artiste fait preuve d’une prodigieuse technique. Dès la première variation, les notes résonnent avec assurance et dynamisme, et avec toujours le même souffle jusqu’à la trentième variation.

Béatrice Rana, le 20 janvier, Fondation Louis Vuitton (16e).

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles