Chili: début du chantier de l'E-ELT, plus grand télescope optique au monde

Image obtenue auprès de l'Observatoire austral européen  de son European Extremely Large Telescope (E-ELT) dont le chantier a démarré au Chili et qui est amené à devenir le plus grand télescope optique au monde [ho / European Southern Observatory/AFP] Image obtenue auprès de l'Observatoire austral européen de son European Extremely Large Telescope (E-ELT) dont le chantier a démarré au Chili et qui est amené à devenir le plus grand télescope optique au monde [ho / European Southern Observatory/AFP]

L'Observatoire austral européen (ESO) a commencé jeudi dans le désert d'Atacama, dans le nord du Chili, la construction de l'European Extremely Large Telescope (E-ELT), qui sera le plus grand télescope optique au monde et permettra d'aider à faire la lumière sur l'origine de l'univers.

"Avec l'E-ELT, nous construisons un télescope pour le XXIIe siècle", a affirmé à l'AFP Fernando Comeron, astronome et représentant de l'ESO au Chili, à propos de cet outil qui ne sera pas terminé avant dix ans et mis en service deux ans plus tard.

Première étape du chantier, estimé à 1,4 milliard de dollars, l’arasement de 5.000 m3 de roche au sommet d'une colline, le mont de Armazones, dans la vallée des Fotones.

Cette superficie plane accueillera les fondations du télescope, qui sera constitué d'un "oeil", un miroir principal de 39 mètres de diamètre.

"Sa principale caractéristique est que sa surface collectrice de lumière sera 10 à 15 fois supérieure à celle des télescopes existants actuellement", a expliqué M. Comeron.

De même que le Very Large Telescope (VLT), édifié à quelques mètres, l'E-ELT observera l'univers chaud, le plus proche et lumineux, tandis qu'à quelques kilomètres à l'est, l'ALMA, plus grand radiotélescope de la planète, observe l'univers froid et obscur.

Avec l'E-ELT, "le plus grand oeil du monde vers le ciel", on pourra en savoir plus sur la formation des premières structures de l'univers, l'origine des éléments chimiques, les trous noirs, et surtout, l'existence de vie extra-terrestre.

Image obtenue auprès de l'Observatoire austral européen (ESO) de son European Extremely Large Telescope (E-ELT) dont le chantier a démarré le 19 juin 2014 au Chili et qui est amené à devenir le plus grand télescope optique au monde  [HO / European Southern Observatory/AFP]
Photo
ci-dessus
Image obtenue auprès de l'Observatoire austral européen (ESO) de son European Extremely Large Telescope (E-ELT) dont le chantier a démarré le 19 juin 2014 au Chili et qui est amené à devenir le plus grand télescope optique au monde

"Nous n'avons aucune preuve de l'existence de planète comme la Terre à une distance identique au Soleil dans notre voisinage galactique, et ça n'est pas parce qu'elles n'existent pas mais parce que nous n'avions pas encore les outils pour les détecter, même de façon indirecte", a ajouté M. Comeron.

"Avec l'E-ELT nous pourrons détecter si elles existent, quelque chose que nous ne savons pas encore", a-t-il insisté.

Grâce à son air sec et froid, 70% des observations astronomiques du monde sont réalisées au Chili.

À suivre aussi

L'île de Robinson Crusoé fait partie, avec l'île Alexander Selkirk, de l'archipel Juan Fernandez, situé à 700 km des côtes chiliennes.
Pacifique Chili : il obtient l'autorisation de rechercher un trésor dans une zone protégée et suscite la polémique
Marée noire dans les eaux pures du Chili
Environnement Marée noire dans les eaux pures du Chili
Environnement Patagonie : 40.000 litres de diesel déversés dans des eaux parmi le plus pures du monde

Ailleurs sur le web

Derniers articles