Algérie : des candidats au bac trichent avec Facebook

Les fraudeurs du baccalauréat ont utilisé Facebook pour tricher. [AFP]

Le ministère de l’Education algérien a admis lundi des fraudes via Facebook lors des épreuves du bac entamées dimanche dans le pays, indique l’AFP.

 

Plus de 850.000 jeunes Algériens ont débuté dimanche les épreuves du baccalauréat, déjà marquées par des controverses. Chaque année, les fraudeurs du bac cherchent de nouveaux moyens de tricher. Dimanche, ils ont choisi Facebook pour les aider.

L’énoncé d’un sujet a été filmé "à l’aide d’un smartphone dissimulé et mis en ligne sur Facebook" pendant l’examen, a reconnu un inspecteur de l’Education nationale à la radio, en annonçant l’ouverture d’une enquête pour identifier les auteurs de la fraude.

 

La fouille trop longue

Si les candidats doivent déposer leur téléphone avant d’entrer dans la salle d’examen, "la fouille n’est pas automatique" car "cela prendrait deux ou trois heures pour fouiller les 600 ou 700 candidats affectés à chaque centre" indique l’inspecteur interrogé par la Radio Chaine 3.

"Il y a eu quelques tentatives de fraude" avérées et "les candidats ont été expulsés" des centres d’examen précise-t-il. L’erreur n’influera pas sur l’évaluation du candidat, a assuré la ministre de l’Education Nouria Benghebrit.

Par ailleurs, une autre erreur a été constatée dans un sujet de langue arabe : un poème écrit par l’écrivain syrien Nizar Kabani a été attribué au Palestinien Mahmoud Darwish. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles