Syrie : Assad rejette les accusations de crimes de guerre

Le président syrien Bachar al-Assad, le 11 février 2016 à Damas lors d'une interview exclusive avec l'AFP [JOSEPH EID / AFP] Le président syrien a affirmé vouloir mener des négociations avec l'opposition tout en poursuivant la guerre contre la rébellion armée. [JOSEPH EID / AFP]

Le président syrien Bachar al-Assad a catégoriquement rejeté les accusations de l'ONU rendant son régime responsable de crimes de guerre, affirmant que la plupart des rapports des institutions des Nations unies étaient "politisés" et infondés.

"Les institutions onusiennes (...) sont essentiellement dominées par les puissances occidentales et la plupart de leurs rapports sont politisés" et "n'avancent pas de preuves", a-t-il déclaré dans une interview exclusive à l'AFP, sa première à un média depuis environ deux mois.

"C’est pourquoi je ne crains ni ces menaces ni ces allégations", a-t-il répondu lorsque les journalistes lui ont demandé s’il ne craignait pas de devoir rendre des comptes un jour devant un tribunal international.

A lire aussi : 1 Syrien sur 10 tué ou blessé depuis le début du conflit

En outre, Bachar al-Assad a affirmé vouloir mener des négociations avec l'opposition tout en poursuivant la guerre contre la rébellion armée. "Depuis le début de la crise, nous croyons totalement aux négociations et à l'action politique. Cependant, négocier ne signifie pas qu'on arrête de combattre le terrorisme. Les deux volets sont indispensables en Syrie (...) Le premier volet est indépendant du second", a-t-il souligné.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles