Quand Hillary Clinton accusait le Qatar et l'Arabie Saoudite de soutenir clandestinement Daesh

Jusque-là, les gouvernements qatarien et saoudien étaient régulièrement soupçonnés de financer des groupes terroristes islamistes, sans pour autant que des preuves formelles, étayant cette affirmation, ne soient exposées par ses accusateurs.[AFP]

L’organisation Wikileaks a révélé mardi de nouveaux emails privés échangés, en août 2014, entre Hillary Clinton et John Podesta, ancien conseiller du président Obama et désormais directeur de campagne de la candidate démocrate à la présidentielle américaine.

Et le contenu des messages envoyés, s’il est avéré, pourrait permettre de lever les derniers doutes qui persistent autour des rôles du Qatar et de l’Arabie Saoudite sur le financement de Daesh. A condition que les informations dévoilées par Clinton dans ses mails soient vérifiées et confirmées par d'autres sources.

«Nous devons aussi utiliser la voie diplomatique (...) pour faire pression sur le Qatar et l’Arabie Saoudite qui fournissent clandestinement un soutien financier et logistique à Daesh et d’autres groupes sunnites radicaux de la région», écrit-elle en évoquant les conflits syrien et irakien.

capture_decran_2016-10-11_a_11.jpg

A lire aussi : Les recrues étrangères de Daesh sont plus éduquées qu'on le pensait

Les gouvernements qatarien et saoudien sont régulièrement soupçonnés de financer des groupes terroristes islamistes. Reste que jusque-là, aucun responsable politique de premier rang n'avaient confirmé de telles assertions.

Ces dernières avaient même été réfutées en bloc, en novembre 2015, par Laurent Fabius, qui occupait les fonctions de chef de la diplomatie française, et Manuel Valls. «Je n’ai pas de raison de douter de l’engagement de ces deux gouvernements» avait notamment déclaré le Premier ministre français sur RTL en novembre 2015.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles