96,5% des youtubeurs sont en dessous du seuil de pauvreté

Seuls 3% des youtubeurs arrivent à vivre au dessus du seuil de pauvreté grâce aux revenus publicitaires. [ETHAN MILLER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

96,5% des youtubeurs ne génèrent pas assez de revenus publicitaires pour en vivre correctement. Ils sont même en dessous du seuil de pauvreté des États-Unis, fixé à 12.140 dollars par an.

Les gains de PewDiePie, Smosh ou encore la youtubeuse beauté Michelle Phan se comptent en millions de dollars. Ces chiffres font rêver : 33% des enfants Britanniques entre 6 et 17 ans souhaiteraient devenir youtubeurs, selon Bloomberg. Mais ils représentent une exception. 

Pour la grande majorité, ce choix de carrière n’est en réalité pas viable. Seulement 3% des chaînes les plus regardées engendrent environ 16.800 dollars (13.770 euros) par an, selon une étude menée par des chercheurs de l’université d’Offenbourg. 

Le professeur Mathias Bärtl, auteur de l’étude et professeur à l’université d’Offenbourg, est en effet l’un des premiers à s’être penché sur le sujet des revenus Youtube en analysant plus de 19.000 chaînes Youtube et 5.6 millions de vidéos publiées entre 2006 et 2016. Les tarifs publicitaires de la plate-forme étant opaque et changeant, le professeur avait fixé lui-même le revenu à 1 dollar pour 1.000 vues pour son étude. 

Les petits youtubeurs auront plus de mal à gagner de l'argent

Depuis le début de l’année, Youtube a durci ses critères de monétisation pour regagner la confiance des annonceurs dont beaucoup se sont retirés de la plate-forme après une série de scandales.

Pour être monétisés, les youtubeurs devaient seulement avoir 10.000 vues, mais dorénavant, ils doivent avoir au moins 1.000 abonnés et 4.000 heures de temps de visionnage. 

Ces conditions affaibliront encore plus les revenus des petits youtubeurs. L’étude avait été effectuée avant ce changement des règles de monétisation.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles