La nouvelle loi anti-avortement de l’Iowa est la plus restrictive des Etats-Unis

Le Parlement de l’Etat de l’Iowa a adopté mercredi la loi sur l’avortement la plus restrictive des Etats-Unis.

A l’initiative de la gouverneure républicaine, Kim Reynolds, opposée à l’IVG, le texte interdit l’avortement dès lors que les battements du cœur du fœtus peuvent être détectés. Des exceptions sont prévues pour les victimes de viol ou d'inceste. 

Dans la pratique, cette législation revient à bloquer le droit à l’avortement. Les battements du cœur d’un fœtus peuvent en effet être entendus dès la 6e semaine de grossesse. Et à ce stade, une femme peut encore ignorer être enceinte.

«Nous effectuons aujourd’hui un pas courageux… pour dire à la nation que l’Iowa défendra ses plus fragiles, ceux qui n’ont pas de voix – ‘nos enfants à naître’», a estimé l’élue républicaine Shannon Lundgren.

L’Aclu, puissante association de défense des droits civiques, a déploré de son côté un texte qui «ramène les femmes de l’Iowa près d’un demi-siècle en arrière».

Si la loi a été adoptée, elle pourrait toutefois ne pas entrer en vigueur avant un long moment. Le texte devrait en effet faire l’objet de recours devant les tribunaux, voire même remonter jusqu’à la Cour suprême.

Un droit de plus en plus restreint

La plus haute instance juridique garantit le droit à l’avortement depuis 1973, en vertu de l’arrêt «Roe v. Wade». Mais, depuis 1992 et l’arrêt «Planned parenthood v. Casey», la Cour suprême accorde plus de libertés aux Etats pour légiférer sur la question.

Depuis plusieurs années, le droit à l’IVG est de plus en plus contesté et même restreint. C’est ainsi que plusieurs Etats ne comptent plus désormais qu’un seul centre où est pratiqué l’avortement. Et la situation ne devrait pas aller en s’améliorant, le président Donald Trump s’étant publiquement prononcé en faveur des militants anti-avortement.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles