États-Unis : la police utilise un Taser contre une octogénaire qui coupait des pissenlits

Martha Al-Bishara, 87 ans, a été touchée en pleine poitrine.[SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Martha Al-Bishara, une habitante de l'Etat américain de Géorgie, âgée de 87 ans, a été tasée par des policiers vendredi dernier, alors qu'elle coupait près de chez elle des pissenlits sur un sentier rural, où elle avait ses habitudes.

Ne parlant pas anglais, elle n'avait pas compris les ordres des policiers qui lui demandaient de poser son couteau. Touchée en pleine poitrine par le pistolet à décharge électrique, les agents lui ont passé les menottes une fois qu'elle était au sol.  «On a suivi le protocole en vigueur», s'est justifié le chef de la police de Chatsworth, Josh Etheridge, qui a participé à l'interpellation avec deux autres agents.

«Elle s'est fait tirer dessus», a dénoncé la petite-fille de la vieille dame, Martha Douhne, citée par NBC. «On ne lui a jamais parlé des pistolets à décharge électrique ni des Taser, alors elle ne savait pas ce que c'était.»

«Elle nous a dit qu'elle leur souriait pour leur montrer qu'elle n'était pas une menace... et elle essayait de s'approcher pour communiquer avec eux, et c'est à ce moment-là qu'ils l'ont tasée», a raconté Timothy Douhne, son petit-fils, à ABC.

«Il a utilisé le Taser plutôt que la force létale»

Mais pour la police locale, Martha Al-Bishara pouvait représenter un danger et l'utilisation du Taser était justifiée. Les policiers avaient été alertés par un appel qui disait qu'une femme «marche sur une piste cyclable (avec) un couteau et ne veut pas partir. Elle ne parle pas anglais». «On dirait qu'elle marche en cherchant quelque chose, comme des plantes à couper ou quelque chose comme ça», avait rajouté l'interlocuteur.

«Nous avons commencé par tenter d'entrer en communication avec elle, en lui demandant bien sûr de poser le couteau», a expliqué Josh Etheridge. «Elle n'a pas compris ce qu'on lui disait ou elle souffrait d'un problème (mental)», a-t-il rajouté. «Vous avez une personne qui marche dans votre direction avec un couteau, vous lui donnez l'ordre de s'arrêter… il a utilisé le Taser plutôt que la force létale.»

L'octogénaire devrait comparaître devant la justice le 19 septembre prochain.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles