Yémen : les rebelles continuent de mobiliser en dépit des efforts diplomatiques

Martin Griffiths, l'envoyé spécial des Nations Unies sur le Yémen, à Sanaa, le 16 septembre 2018 [MOHAMMED HUWAIS / AFP/Archives] Martin Griffiths, l'envoyé spécial des Nations Unies sur le Yémen, à Sanaa, le 16 septembre 2018 [MOHAMMED HUWAIS / AFP/Archives]

Les rebelles Houthis continuaient de mobiliser leurs partisans au Yémen pour défendre notamment la ville stratégique portuaire de Hodeida en dépit d'efforts pour rechercher une solution politique à la guerre qui dure depuis plus de trois ans.

Des dizaines d'hommes en armes, dont certains très jeunes, se sont ainsi livrés samedi à une démonstration de force dans les environs de Sanaa, se disant prêts à aller renforcer les fronts de guerre.

Ils on paradé à pied ou à bord de véhicules équipés de mitrailleuses en lançant des slogans favorables aux rebelles dont celui de «victoire de l'islam». «Les tribus yéménites honorables sont prêtes à renforcer les fronts de guerre en combattants, en armes et en moyens financiers», a déclaré Chamsan Abou Nachtan, un volontaire.

«La soi-disant trêve n'est qu'une manœuvre des agresseurs, connus pour leurs conspirations et leurs complots», a-t-il ajouté en référence à la désescalade militaire à Hodeida, ville de l'ouest du pays sur la mer Rouge.

Hamid Assem, dirigeant rebelle pressenti pour participer à d'éventuelles négociations de paix a abondé dans le même sens : «le peuple yéménite continuera de résister et de se mobiliser».

«Nous sommes prêts au dialogue à tout moment. Si (Martin) Griffiths (l'envoyé spécial de l'ONU) vient on lui dira qu'on est prêt au dialogue et s'il ne vient pas on est prêt à se battre jusqu'au dernier souffle», a-t-il ajouté pendant le rassemblement.

M. Griffiths, attendu prochainement à Sanaa, a annoncé vendredi au Conseil de sécurité des Nations unies son intention d'organiser des pourparlers de paix «rapidement» en Suède afin de mettre un terme à quatre ans de guerre au Yémen.

Le gouvernement yéménite soutenu par les Saoudiens, tout comme les rebelles Houthis, soutenus eux par l'Iran, ont montré un «engagement renouvelé» à travailler à une solution politique et ont présenté des «garanties solides» selon lesquelles ils participeraient aux pourparlers, a-t-il déclaré.

Aucune date n'a été évoquée pour ces pourparlers.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles