Etats-Unis : qu'est-ce-que le «shutdown» ?

Près de 850.000 employés fédéraux sont en congés sans solde avec interdiction de travailler, même bénévolement, sous peine de poursuites judiciaires.[MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

De nombreux services publics américains vont être paralysés dès samedi aux Etats-Unis après l'échec d'un accord sur le budget, et plus particulièrement sur le financement du mur que Trump veut à la frontière mexicaine.

Mais plus le blocage sera long, plus ces conséquences seront lourdes pour l'administration Trump.

Dans la nuit de vendredi, les sénateurs américains ne sont pas parvenus à trouver un compromis budgétaire sur le financement de l'Etat fédéral. Résultat : l'ensemble des administrations fédérales est paralysé. 

Que signifie exactement «shutdown»?

Littéralement, cela veut dire fermeture. Et plus concrètement, cette procédure - pour le moins habituelle aux Etats-Unis - est le résultat d'un désaccord entre la Chambres des représentants et le Sénat sur un texte commun entérinant le budget provisoire. Ainsi dans la nuit de vendredi, les Républicains, majoritaires avec 51 sièges au Sénat, n'ont obtenu que 50 voix, loin des 60 (sur 100) nécessaires pour valider une extension du budget fédéral pour quatre semaines, jusqu'au 16 février. 

Quelles sont les conséquences ? 

Le gouvernement américain se trouve donc, et ce dès samedi, dans l'incapacité de payer ses agents administratifs. Les fonctionnaires - jugés non essentiels - sont mis au chômage technique et les agences fédérales se trouvent paralysées. Ainsi, près de 850.000 employés fédéraux sont en congés sans solde avec interdiction de travailler, même bénévolement, sous peine de poursuites judiciaires. Toutefois, ils sont en général payés rétroactivement lorsque la situation rentre dans l'ordre.

A chaque shutdown, c'est le gouvernement qui choisit quelles agences vont être fermées. A priori, aucun service public n'est à l'abri. La défense et la sécurité ont toujours été protégées par les gouvernements précédents. Tout comme la justice, la santé ou encore les transports aériens.

Sauf cette fois. Le gouvernement de Trump a donc décidé de mettre en congé tous les personnels civils et «non-essentiels». Les parlementaires démocrates estime à plus de 800.000 fonctionnaires fédéraux mis aux chômage technique, sur un total de 2,1 millions.

Quelque 380 000 personnes devraient ainsi être mises au chômage technique, dont 95 % des employés de la NASA et du ministère du logement, et 52 000 employés des services fiscaux.

Près de 420 000 autres fonctionnaires, aux services jugés essentiels, devront travailler sans être payés dans l’immédiat, selon les démocrates : 150 000 employés du ministère de la Sécurité intérieure, dont dépend la police des frontières et des transports, et plus de 40 000 agents de la police fédérale (FBI), de l’agence antidrogue DEA et de l’administration pénitentiaire.

Combien de temps cela peut-il durer?

Le shutdown prend officiellement fin lorsque les élus démocrates et républicains s'accordent à trouver un compromis sur le budget fédéral.

La plupart des shutdown durent moins de trois jours. Mais le gouvernement de Bill Clinton détient le record de la plus longue paralysie administrative avec vingt-huit jours, du 14 au 19 novembre 1995 et du 15 décembre au 6 janvier 1996. Il est suivi par celui de Barack Obama avec seize jours. A l'époque, des économistes de la banque Goldmans Sachs estimaient qu'une semaine de shutdown coutait huit milliards de dollars, selon le Financial Times.

A ce jour, il est impossible de déterminer la durée de nouveau shutdown.

Combien y a -t-il eu de shutdown? 

C'est le 18e shutdown depuis 1977. Et c'est le 40e président des Etats-Unis, Ronald Reagan qui détient à ce jour le plus grand nombre de shutdown. Huit paralysies administratives ont ainsi ponctué ses deux mandats (1981-1989).

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles