Loi anti-avortement : Netflix, Disney et Warner menacent de stopper leurs tournages en Géorgie

Le poids-lourd de la série américaine menace de boycotter la Géorgie pour ses tournages [Lionel BONAVENTURE / AFP]

Après Netflix, puis Disney, c'est maintenant Warner Bros qui prend position en faveur du droit à l'avortement. Face à un durcissement des critères permettant aux femmes d'interrompre leur grossesse adopté en Géorgie, les studios américains menacent de cesser les tournages dans cet Etat.

Ces derniers mois, de plus en plus d'États américains ont adopté une législation qui empêche les femmes de se faire avorter de manière sûre et légale, y compris en Géorgie, État clé pour l'industrie du film.

Les autorités de l'Etat ont en effet adopté le 29 mars dernier la «Heartbeat bill», une loi interdisant les avortements dès que les battements du coeur du foetus sont perceptibles. Cela correspond environ à la sixième semaine de grossesse, un stade où bien des femmes ignorent encore qu'elles sont enceintes.

Si la législation voté par le sénat prévoit des exceptions en cas de complications médicales, les situation de viol ou d'inceste ne sont pas inclues. 

Un pas de trop pour les sociétés de productions américaines, en particulier Netflix. La premier studio à s'être rebiffé emploie «de nombreuses femmes sur des productions en Géorgie», avait déclaré mardi dernier dans un communiqué au site spécialisé Variety le responsable des contenus de la plateforme de streaming américaine, Ted Sarandos.

«Nous allons surveiller de près la situation et si la nouvelle loi tient, nous réfléchirons à un autre endroit que la Géorgie pour nous nouvelles productions», a affirmé de son côté WarnerMedia dans un communiqué, ce samedi. 

En d'autres termes, si la loi est mise en application en 2020 comme prévu par l'Etat, le studio ne tournera plus aucune de ses productions en Géorgie.

«Etant donné que la législation n'est pas encore entrée en vigueur, nous continuerons à tourner là-bas, tout en soutenant aussi les partenaires et les artistes qui ont choisi de ne pas le faire. Si la loi devait être appliquée, nous aurions une réflexion sur la totalité de nos investissements en Géorgie», a affirmé la semaine dernière le patron de Netflix. 

Interrogé par Reuters, le PDG de la Walt Disney Company, Bob Iger a  fait savoir qu’il «serait très difficile» de continuer à tourner en Géorgie, compte tenu de cette récente loi. «Je pense que de nombreux employés de l’entreprise ne voudraient pas travailler là-bas, et nous devrons prendre en compte leurs souhaits à ce sujet», a déclaré jeudi le patron de la Walt Disney Company.

Un boycott pour l'instant prudent

Grâce notamment à des dispositifs fiscaux très avantageux, cet Etat du Sud des Etats-Unis a su attirer ces dernières années de nombreux tournages de films, comme les productions Marvel («Black Panther», «Avengers: Infinity War» et «Avengers: Endgame»), et des séries télévisées («Stranger Things», «Ozark», «The Walking Dead»...)

Certaines stars ou petites maisons de production indépendantes ont appelé, sans grand succès jusqu'à présent, à boycotter les tournages se déroulant dans cet Etat américain pour protester contre la nouvelle loi sur l'avortement.

Ces lois durcissant l'accès à l'IVG visent à tester les limites de la décision emblématique de la Cour suprême des Etats-Unis «Roe v. Wade» qui a reconnu en 1973 le droit des femmes à avorter tant que le foetus n'est pas viable. Mais les grands studios, comme Paramount, Sony ou Universal sont restés pour l'instant muets.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles