Le couple Trump pose tout sourire avec un bébé survivant de la fusillade d'El Paso

Les époux Trump ont fait venir le bébé de deux mois, déjà sorti de l'hôpital. Les époux Trump ont fait venir le bébé de deux mois, déjà sorti de l'hôpital. [MANDEL NGAN / AFP]

Ce 7 août, le couple Trump est venu rendre visite aux rescapés de la tuerie d'El Paso à l'hôpital. Il a fait scandale en posant tout sourire avec un nourrisson survivant du drame.

Le bébé de deux mois était le fils d'Andre et Jordan Anchondos, 24 et 25 ans. Le jeune couple était décédé en protégeant son enfant des balles du tireur, dans le supermarché du Walmart. Le dernier geste d'amour de ces parents avait fait le tour du monde. 

LES TRUMP PERSONA NON GRATA

Interpellés sur les politiques sur le port d'arme aux Etats-Unis, Mélania et Donald Trump ont été mal reçus lors de la visite de l'hôpital. Aucune personne blessée n'a souhaité les rencontrer. Deux personnes seulement, qui avaient déjà quitté l'hôpital, sont revenues pour poser avec eux. 

Le bébé de deux mois survivant du drame avait aussi quitté l'hôpital. Les journalistes américains ont rapporté que l'enfant a également été amené par les équipes de la Maison Blanche.

UN MANQUE DE DéCENCE ?

La mise en scène a particulièrement révolté les internautes. Sur les photos publiées par Mélania Trump ce 8 août, on peut voir le couple poser radieux avec le bébé. Donald Trump affiche un grand sourire et lève un pouce en l'air. Mélania Trump tient l'enfant dans les bras. «Comment ce monstre a-t-il pu être autorisé à tenir dans ses bras le bébé orphelin de la fusillade d'El Paso ? Oui, je parle bien de Mélania», s'est demandé l'historien américain Roland Scahill.

À suivre aussi

Les poissons se font de plus en plus rares dans ces eaux.
Scandale Canada : un égout déverse du sang contaminé dans l'océan depuis 2 ans
Le cardinal français Philippe Barbarin (C) arrive à l'audience de son procès en appel à Lyon le 28 novembre 2019 [JEFF PACHOUD / AFP]
Justice En appel, le cardinal Barbarin ne voit toujours pas «en quoi» il serait «coupable»
Une bananeraie en Guadeloupe en avril 2018 [Helene Valenzuela / AFP/Archives]
Environnement Antilles : l'Etat, «premier responsable» de la pollution au chlordécone, selon un rapport

Ailleurs sur le web

Derniers articles