Le labo se trompe de sperme, un couple de blancs donne naissance à un bébé asiatique

Leur fille est née en 2013 et «quelques années plus tard, ils ont remarqué qu'elle avait des traits asiatiques» (image d'illustration). Leur fille est née en 2013 et «quelques années plus tard, ils ont remarqué qu'elle avait des traits asiatiques» (image d'illustration). [GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP]

Un couple blanc du New Jersey aux États-Unis, qui a eu une fille par fécondation in vitro, affirme qu'une clinique a fertilisé l'ovule de la mère avec le sperme du mauvais homme. Les parents n’ont réalisé l’erreur qu'une fois que le bébé a développé des traits asiatiques.

Kristina Koedderich et Drew Wasilewski, qui sont maintenant divorcés, se sont rendus à l'Institut de médecine de la reproduction et des sciences de Saint Barnabé en 2012 et ont dépensé 727.641 dollars (659.897 euros) pour le traitement, selon les documents de la Cour déposés à la Cour supérieure du comté d'Essex.

Leur fille est née en 2013 et «quelques années plus tard, ils ont remarqué qu'elle avait des traits asiatiques», a déclaré l'avocat du couple, David Mazie, au New York Post.

Un test ADN, effectué en 2015, a confirmé qu’il y avait «0% de probabilité» que Drew, 49 ans, soit le père biologique de sa fille.

Le couple a divorcé depuis

La négligence de la clinique a provoqué «la rupture du mariage entre Kristina et Drew Wasilewski», a-t-on dit durant le procès.

Le mois dernier, le juge Keith Lynott de la Cour supérieure a ordonné à la clinique de remettre une liste d’hommes qui avaient fait don de sperme à peu près au même moment où le couple avait eu recours à la FIV - dans l’espoir de trouver qui est le père biologique de la petite fille.

Les parents veulent savoir qui a donné son sperme afin de connaître l’histoire génétique de leur fille, qui a maintenant 6 ans, au cas où elle voudrait entrer en contact avec son père biologique à l’avenir.

«Ils l'aiment beaucoup, mais c'est une situation très sensible et très stressante pour eux», a déclaré M. Mazie.

Les parents veulent également savoir si le sperme de M. Wasilewski a été utilisé pour la FIV de quelqu'un d'autre.

Le couple cherche à obtenir des dommages et intérêts non spécifiés, affirmant que l’erreur de la clinique avait provoqué «de grandes douleurs, des souffrances, des lésions permanentes et des handicaps, ainsi que la perte de leur qualité de vie».

Un porte-parole du centre médical de Saint-Barnabé a déclaré à Patch qu’il ne commenterait pas les litiges.

Le mois dernier, un couple de l’Ohio, qui avait également subi un traitement de FIV, avait intenté une action en justice, affirmant que sa clinique avait utilisé le sperme d’un étranger pour leur fille, maintenant âgée de 24 ans.

À suivre aussi

L'homme devait subir une intervention chirurgicale à la vessie, il est reparti avec une circoncision par erreur.
Royaume-Uni Il reçoit 21.000 euros pour avoir été circoncis par erreur
anesthésie Erreur médicale : l'anesthésiste se trompe de produit, une femme devient paraplégique
Portugal Cloué quarante-trois ans dans un fauteuil roulant à cause d’une erreur de diagnostic

Ailleurs sur le web

Derniers articles