Dans l'objectif de Martin Parr

Le plus mordant des photographes britanniques a encore sévi. Ses nouvelles oeuvres sont visibles à la galerie Kamel Mennour.

 

Fin observateur des mœurs contemporaines et surtout de leurs excès, Martin Parr présente en ce moment plusieurs séries. La première a été réalisée dans les rues de la capitale, déjà exposée à la Maison européenne de la photographie il y a peu. Le centre d’exposition l’avait alors missionné pour livrer sa vision de la capitale.

 

Toucher le public

Tours Eiffel en plastique, nuée de téléphones portables shootant La JocondeLes touristes ne sont pas épargnés par son objectif dans cette œuvre. Pas plus que la société britannique dans la deuxième série. Ici, les couleurs sont criardes et tranchent avec le gris d’un ciel toujours menaçant. C’est aussi le raffinement poussé à l’extrême de la dégustation de thé. Mais cette exposition mérite surtout le détour pour son papier peint : près de 250 photos recouvrent toute une pièce.

Sur les murs, des assiettes de frites grasses, des morceaux de viande rouge suspendus, un gâteau à l’intérieur couleur arc-en-ciel… la malbouffe est exposée sans fard et suscite plus le dégoût que l’appétit. Mais cette œuvre illustre surtout le souci de Martin Parr de toucher le public à travers de nouveaux supports.

"Food (& other series)" de Martin Parr, à la galerie Kamel Mennour, 6 rue du Pont de Lodi, Paris (6e). Jusqu'au 17 janvier 2015.

 

En coulisses

Le photographe tient un blog où il présente les clichés de ses déplacements. Depuis 1994, il fait partie de l’agence Magnum.

Martin Parr vit et travaille à Londres. Pendant deux ans, il a effectué des reportages à Paris dont sont extraites les photos présentes à la galerie.

Il collectionne toutes sortes d’objets qui collent à l’actualité politique ou sociale.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles