Pour le PS, Manuel Valls préfère Harlem Désir

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls s'est prononcé vendredi en faveur d'Harlem Désir pour succéder à Martine Aubry à la tête du PS. [AFP] Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls s'est prononcé vendredi en faveur d'Harlem Désir pour succéder à Martine Aubry à la tête du PS. [AFP]

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls s'est prononcé vendredi en faveur d'Harlem Désir pour succéder à Martine Aubry à la tête du PS.

Sur RTL, M. Valls a jugé que l'eurodéputé "est le mieux placé", notamment parce qu'il "est le numéro deux, parce qu'il a eu la responsabilité du Parti socialiste au moment des primaires", auxquelles l'élu de l'Essonne était lui-même candidat à l'automne 2011.

Il a "une grande capacité de rassemblement", il "est très apprécié par les militants" et capable de mener le Parti socialiste dans la continuité mais aussi dans la rénovation", a argumenté M. Valls.

Le ministre de l'Intérieur a rendu public son choix après celui de l'Education Vincent Peillon inclinant aussi pour M. Désir, et celui des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, choisissant Jean-Christophe Cambadélis.

"Je connais les deux depuis très longtemps", avait auparavant observé M. Valls à propos de cette succession. "Ce sont deux amis et des responsables politiques de très grande qualité. Je fais par ailleurs confiance à Martine Aubry pour faire une proposition, elle mène toute une série de consultations, elle accomplit un travail de très grande qualité".

À suivre aussi

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, lors de la mobilisation unitaire contre le projet de loi visant le statut des fonctionnaires, le 9 mai à Paris [Thomas SAMSON / AFP/Archives]
Mouvement social Au Congrès de la CGT, les «gilets jaunes» sur toutes les lèvres
Le président américain Donald Trump lors d'une conférence de presse à l'issue de sa rencontre avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, le 28 février 2019 à Hanoï [Saul LOEB / AFP]
Etats-Unis Donald Trump accuse son ex-avocat Michael Cohen d'avoir «beaucoup menti» devant le Congrès
Etats-Unis Pour son ex-avocat, Donald Trump est «un raciste, un escroc et un tricheur»

Ailleurs sur le web

Derniers articles