Pécresse (UMP) juge une dissolution "de plus en plus inévitable"

Valérie Pecresse à son arrivée le 10 juin 2014 au siège de l'UMP à Paris  [Fred Dufour / AFP/Archives] Valérie Pecresse à son arrivée le 10 juin 2014 au siège de l'UMP à Paris [Fred Dufour / AFP/Archives]

L'ancienne ministre UMP Valérie Pécresse a jugé mardi que François Hollande "se grandirait en revenant de lui-même devant le peuple" pour une dissolution de l'Assemblée qu'elle juge "de plus en plus inévitable", mais s'est dit opposée à toute cohabitation.

 

"Le remaniement est sans doute une dernière cartouche un peu désespérée avant une dissolution de plus en plus inévitable", a déclaré Mme Pécresse sur France Inter.

"François Hollande se grandirait en revenant de lui-même devant le peuple", avec "un contrat de gouvernement clair", a insisté la députée des Yvelines.

Mme Pécresse s'est dit en revanche "contre toute idée de cohabitation", synonyme selon elle de "paralysie" des institutions. Il faut "que l'UMP et que tous ceux qui se présenteront à la présidence de l'UMP prennent l'engagement de ne jamais accepter un gouvernement de cohabitation", a-t-elle prôné.

En cas de dissolution et de défaite de sa majorité aux législatives, François Hollande devrait "alors en tirer toutes les conséquences et démissionner", a-t-elle conclu.

 

À suivre aussi

Marc Fesneau : «Il faut que la réforme soit comprise par les Français»
Retraites Marc Fesneau, ministre chargé des Relations avec le Parlement : «Il faut que la réforme soit comprise par les Français»
«Je veux bien tous les jours me faire appeler président des riches, je ne le suis pas et je ne suis pas le défenseur de qui que ce soit», a déclaré Emmanuel Macron.
Gouvernement Emmanuel Macron réaffirme qu'il n'est «pas le président des riches»
Emmanuel Macron en visite à Dunkerque le 20 janvier 2020. [Denis Charlet / POOL/AFP]
Politique Moisson d'investissements pour Emmanuel Macron et le gouvernement, qui accueillent 200 patrons du monde entier

Ailleurs sur le web

Derniers articles