PS: Montebourg et Hamon maintiennent leur participation à La Rochelle

Combinaison de deux photos montrant Arnaud Montebourg, ancien ministre de l'Economie et Benoît Hamon, ancien ministre de l'Education nationale le 25 août à la télévision [Thomas Samson, Bertrand Guay / AFP/Archives] Combinaison de deux photos montrant Arnaud Montebourg, ancien ministre de l'Economie et Benoît Hamon, ancien ministre de l'Education nationale le 25 août à la télévision [Thomas Samson, Bertrand Guay / AFP/Archives]

Les ex-ministres sortis du gouvernement Arnaud Montebourg et Benoît Hamon ont maintenu leur intervention aux débats de l'université d'été du parti socialiste à La Rochelle, a affirmé jeudi le PS, tandis qu'Emmanuel Macron ne sera pas présent.

Arnaud Montebourg a maintenu sa présence samedi à la plénière sur le thème "que peut le volontarisme politique pour le développement de l'économie et la réindustrialisation ?", a indiqué le PS à l'AFP. Les organisateurs de l'université d'été ont sollicité une "parole gouvernementale" pour y participer également et c'est Michel Sapin qui a répondu favorablement.

L'ex-ministre de l’Éducation Benoît Hamon maintient sa participation à la plénière "tenir la promesse républicaine de l'égalité" à 15H30 samedi, à laquelle était déjà invitée Najat Vallaud-Belkacem, celle qui occupe désormais sa place à l’Éducation.

L'ex-ministre de la Culture Aurélie Filippetti, pour sa part, ne participera pas à la plénière sur la "révolution numérique" prévue vendredi à 15H30, mais sera présente à l'université d'été. A la plénière, c'est Fleur Pellerin, qui lui a succédé, qui prendra la parole.

Le nouveau ministre de l’Économie Emmanuel Macron, invité par le PS, "a décliné", a affirmé un membre de la direction. Il ne va pas à La Rochelle, a-t-on confirmé à Bercy, soulignant qu'il était en train de prendre connaissance de ses dossiers et de constituer son cabinet.

De leur côté, les membres de "Vive la gauche", qui comprend notamment les députés "frondeurs" et les contestataires du pacte de responsabilité, ont fait savoir que pour leur rassemblement prévu samedi matin en marge de l'université d'été, ils changeaient de salle, afin d'accueillir davantage de personnes.

Vous aimerez aussi

gilets jaunes Jean-Michel Blanquer : «Il y a une impatience et il faut l'entendre»
Un "gilet jaune" à un péage près de Marseille, le 9 décembre 2018 [SYLVAIN THOMAS / AFP]
Mouvement social «Gilets jaunes» : les étapes d'un mouvement inédit
Écologie Ségolène Royal : « Pourquoi casser ce qui marche ? »

Ailleurs sur le web

Derniers articles