La conférence de presse, étape clé pour François Hollande

Le président François Hollande lors de la conférence de presse du jeudi 18 septembre. [PATRICK KOVARIK / AFP]

Jeudi, ce sera la cinquième fois que le Président se livre à l'exercice de la conférence de presse. Avec des changements sur la forme et le fond.

 

Les grands rendez-vous de François Hollande avec la presse se suivent mais ne se ressemblent pas. Certes, sa cinquième conférence du genre, mardi matin, aura le même décor que les quatre précédentes. Le chef de l’Etat se présentera sous les ors de l’Elysée, entouré de tous les ministres du gouvernement.

Mais tant la forme que le contexte promettent des changements. Le Président a ainsi prévu un discours liminaire de dix minutes seulement, au lieu des 45 habituelles, avant les questions des journalistes. Mot d’ordre : aller vite et frapper fort.

 

Des annonces attendues

Sur le fond, le chef de l’Etat accordera plus d’importance aux questions internationales, quelque peu délaissées lors des précédentes conférences de presse. La Grèce et l’Ukraine, mais aussi les conflits en Irak et en Syrie promettent d’occuper une place de choix. François Hollande est également attendu sur la Conférence climat organisée à Paris à la fin de l’année.

En politique intérieure, le chef de l’Etat devrait faire des annonces sur la création d’une "réserve citoyenne" de bénévoles dans tous les services publics, notamment l’Education nationale. La refonte de l’enseignement du français devrait également faire l’objet de déclarations.

 

Relancer le quinquennat

Un programme chargé que le Président a soigneusement peaufiné ces dernières semaines en multipliant les rencontres avec des acteurs de terrain. Car l’enjeu, pour lui, est de prolonger "l’esprit du 11 janvier". Alors que ses deux dernières interventions avaient été marquées par son impopularité record et polluées par des révélations sur sa vie privée, les dramatiques événements du mois dernier ont offert à François Hollande une bouffée d’oxygène dans les sondages.

Et sa gestion de la crise a contribué à restaurer son image présidentielle. Dès lors, 2015 s’annonce comme l’occasion rêvée pour l’exécutif de relancer un quinquennat jusqu’ici marqué par les difficultés.

 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles